LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
The discovery of the temple of Isis at Pompeii, buried under pumice and other volcanic matter. Coloured etching by Pietro Fabris, 1776/Il tempio di Iside a Pompei
Épisode 2 :

Pompéi, du IIIe au Ier siècle avant notre ère

58 min
À retrouver dans l'émission

Quand apparaissent les maisons à atrium à Pompéi ? Quelle est l’évolution urbaine de la cité commerçante campanienne entre le III et le 1er siècle avant notre ère ?

The discovery of the temple of Isis at Pompeii, buried under pumice and other volcanic matter. Coloured etching by Pietro Fabris, 1776/Il tempio di Iside a Pompei
The discovery of the temple of Isis at Pompeii, buried under pumice and other volcanic matter. Coloured etching by Pietro Fabris, 1776/Il tempio di Iside a Pompei Crédits : Wikicommons/W. Hamilton; P. Fabris Wellcome Images/Mentnafunangann

Jean-Pierre Brun, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire « Techniques et économies de la Méditerranée antique » présente l’état des recherches sur l’archéologie de l’artisanat à Pompéi dans le cadre de sa série de cours intitulée, "Le développement urbain de Pompéi de la fin du VIIe s. av. J.-C. à 79 apr. J.-C". Dans les 3 premiers cours, il nous propose de revenir sur l’histoire de la ville et son évolution urbaine avant l’éruption de 79 ap. JC. qui a englouti la cité florissante.

Nous entrons dans les maisons. Nous découvrons le style pompéien, le rôle des villes comme débouchés, comme marchés. L’archéologue montre des écrits de Cicéron aux vestiges de Pompéi, comment la compétition entre aristocrates, riches propriétaires au rôle politique, s’affirme par le faste et le luxe des demeures et des apparences. Mais l’historien avertit, le rôle social et politique ne doit pas occulter les fonctions économiques. Nous découvrons, en façade des maisons pompéiennes, les boutiques et ateliers, de part et d’autre de l’entrée. Et comme il se doit dans une ville romaine, émergent et se transforment, les grands bâtiments publics, temples, première palestre, les thermes, le marché avec ses boutiques, le théâtre. L’archéologue ouvre dès qu’il le peut le regard au-delà du cœur de la ville. Nous découvrons l’exploitation des terres agricoles, le trafic du vin. Nous nous familiarisons depuis hier avec les questions posées par les datations, la technique des sondages, les débats, les apports et les manques d’une fouille à l’autre, entre les premières approches archéologiques et celle d’aujourd’hui. Les fouilles d’urgence, en ne permettant pas à l’archéologue de choisir son terrain, d’interroger d’autres pans d’histoires (jadis l'attention se portait en priorité sur le spectaculaire), suscitent les découvertes liées à l’évolution économique et sociale de la ville.

Dans une interview pour La Vie des Idées, Jean-Pierre Brun rappelle :

"En ce qui concerne l’Antiquité, nous avons perdu la plus grande part de la documentation écrite. (…) Nous avons perdu la totalité des archives, notamment les comptes. Il est donc très difficile de reconstituer la vie économique : savoir où allaient les flux commerciaux, comment se développait la production et quel était le niveau de population. On en a quelques idées car des sources nous ont transmis quelques chiffres mais ces chiffres sont isolés. Il y a donc tout un pan de l’histoire antique qui nous échappe complètement du fait de la disparition de ces écrits. La seule façon de compenser ce manque, c’est de multiplier les fouilles archéologiques et d’essayer de créer des séries qui nous manquent aujourd’hui. Il peut s’agir de séries d’installations agricoles, qui nous permettent de déceler des phases d’essor ou de déclin de telle production ou de telle région".

Jean-Pierre Brun note encore :

"Pour faire parler les vestiges archéologiques, il faut leur poser des questions." De « bonnes questions avec les bonnes méthodes pour comprendre".

Aujourd’hui nous retrouvons Pompéi dans la période hellénistique récente du IIe siècle. Dans l’alliance avec Rome, la ville se développe dans l'organisation politique de la res publica romana, jusqu’à la guerre sociale de 89 av JC. La cité se révolte contre Rome qui lui refuse les droits civiques. La ville porte les traces du siège des troupes de Lucius Cornelius Sylla, en 89.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 11 octobre 2016, pour le cours de Jean-Pierre Brun, Le développement urbain de Pompéi du IIIe au Ier siècle avant notre ère.

Pour Prolonger :

- La Vie des Idées, Entretien avec Jean-Pierre Brun, "L’archéologie du futur", par Ariel Suhamy , le 19 septembre 2014

Entretien au Collège de France :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Jean-Pierre Brun a notamment travaillé avec le Centre Jean Bérard et l’École française de Rome.

Intervenants
  • Archéologue, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique.
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......