LE DIRECT
Ambassadeurs au Palais de Topkapı, Jean Baptiste Vanmour, XVIIIème
Épisode 2 :

Des chausses-trappes de l’histoire ottomane

59 min
À retrouver dans l'émission

De quelle couleur était le cheval blanc du général? Demande malicieusement et judicieusement l’historien Edhem Eldem. Et plus généralement, quelles sont les chausses-trapes qui guettent l’historiographie turque?

Ambassadeurs au Palais de Topkapı, Jean Baptiste Vanmour, XVIIIème
Ambassadeurs au Palais de Topkapı, Jean Baptiste Vanmour, XVIIIème Crédits : Wiki commons

Quel est l’impact de l’orientalisme, toujours présent dans la discipline et quels sont les réflexes eurocentristes des siècles précédents qui peuvent perdurer? Quels sont les risques aujourd’hui d’un certain anti-orientalisme? Comment échapper au fétichisme documentaire des Turcs? Et comment ne pas se laisser happer par l’approche téléologique? 

Titulaire de la chaire internationale d'Histoire turque et ottomane au Collège de France,  professeur à l’université du Bosphore, Edhem Eldem a enseigné aussi bien aux Etats- Unis qu’en France, et il est l'auteur de travaux sur le commerce du Levant, l'épigraphie  funéraire, la Banque ottomane, les dynamiques de l'occidentalisation, Istanbul au tournant du XXe siècle, l'orientalisme, la photographie, l'histoire de l'archéologie, et des collections dans l'Empire ottoman. 

C’est riche de cette approche variée et attachée aux méthodes de l’analyse documentaire qu’il nous entraîne dans une histoire complexe dans le cadre de sa série, intitulée "L’Empire ottoman et la Turquie face à l’Occident". 

Il revient ici sur les problèmes généraux que pose l’historiographie turque. 

Dans une interview donnée au journal Le Monde en 2015, il notait déjà que :

"L’exploitation et la manipulation de l’Histoire à des fins politiques sont à la base de l’idéologie et de la politique turques depuis environ un siècle. Du point de vue de l’historien, le négationnisme officiel rejoint d’une part le mythe kémaliste, des années 1930 de "nos ancêtres les Hittites", qui voulait que toutes les populations anatoliennes fussent turques, et, d’autre part, les fantaisies néo-ottomanistes du gouvernement actuel, qui prétendent établir une continuité nationale entre le passé ottoman et le présent. C’est ce qui m 'a fait écrire qu’il fallait «sauver l’histoire ottomane des Turcs". 

Il poursuit ici son analyse d'un :

"monopole turc sur l’histoire ottomane, encouragée en cela par le rejet systématique par les autres États successeurs – balkaniques et arabes – de l’héritage ottoman, jugé incompatible avec leur propre récit "national"". 

Dans la vidéo qui présente son cours, Edhem Eldem explique que :

"le XIXe siècle est extrêmement formateur, est crucial pour comprendre les dynamiques de transformation de l’Empire ottoman en État-nation, un processus fascinant qui mérite d'être étudié dans le détail en donnant la primauté aux voix locales parce que l'un des problèmes de l'historiographie de cette période, c'est que l'on a énormément de sources occidentales qui ont déjà une vision assez biaisée des choses et par conséquent, ce qu'il faut faire, c'est essayer de donner une voix aux textes locaux, aux textes ottomans, pas uniquement turcs, grecs, arméniens, essayer de voir comment cette période se forme et s'exprime à partir d'une documentation que l'on va lire dans le détail pour essayer de comprendre un peu comment ça marche."

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Comment rendre à l’histoire de l’Empire Ottoman et de la Turquie sa pluralité de voix et de récits? Comment faire de l’histoire solide ? Et comment s'émanciper de "l'argument orientaliste"?

L'écrivain Pierre Loti dans le salon Turc de sa maison de Rochefort / Sultane, Portrait de Madame de Pompadour en costume oriental par Carle Van Loo, Paris, musée des arts décoratifs (1747)
L'écrivain Pierre Loti dans le salon Turc de sa maison de Rochefort / Sultane, Portrait de Madame de Pompadour en costume oriental par Carle Van Loo, Paris, musée des arts décoratifs (1747) Crédits : Wiki commons

Nous gagnons tout de suite l’amphithéâtre du Collège de France, les 12 et 19 janvier 2018 pour le cours d’Edhem Eldem, aujourd’hui "Des chausses-trapes de l’histoire ottomane".

Intervenants
  • professeur d'histoire à l'Université de Bogaziçi à Istanbul.
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......