LE DIRECT
Document extrait du livre de Dominique Charpin, "Lire et Ecrire à Babylone"
Épisode 5 :

La structure des textes

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment s’organise la structure des texte des alliances, qui mêlent étroitement droit et religion, dans le Proche Orient ancien ?

Document extrait du livre de Dominique Charpin, "Lire et Ecrire à Babylone"
Document extrait du livre de Dominique Charpin, "Lire et Ecrire à Babylone" Crédits : PUF

Nous poursuivons, cette semaine, en compagnie de Dominique Charpin, épigraphiste, philologue et archéologue, titulaire de la chaire « Civilisation mésopotamienne » notre exploration de la diplomatie assyrienne.

"La structure des textes varie fortement selon les époques, explique-t-il dans sa présentation. On en possède trop peu datant du IIIe millénaire pour qu’une typologie soit possible. À l’époque paléo-babylonienne, les « grandes tablettes » suivaient une rédaction tripartite : liste des dieux par qui le serment était prêté, clauses et malédictions. Dans la seconde moitié du IIe millénaire, la liste des dieux fut déplacée après les clauses, mais le traité s’ouvrait souvent par un préambule historique."

Il faut travailler sur des tablettes brisées. Les protagonistes sont difficiles à identifier et parfois la cassure peut tomber au milieu d’un nom forçant l’historien à mille hypothèses. Ce qui fait dire à Jean Bottéro :

"Le démon veille".

Dominique Charpin explique pour sa part :

"L’épigraphiste du monde mésopotamien est donc dans une situation particulière. Il n'a pas à se livrer à l'exercice de la recherche des sources et des étapes de la formation des œuvres, mais il travaille en aveugle à partir de textes inscrits sur les centaines de milliers de tablette d’argile découvertes dans la région. Il doit rassembler des fragments, les mettre en ordre chronologique et géographique, sans avoir au départ aucune idée de l'image d'ensemble qu'il tente de reconstituer, pour élaborer peu à peu une histoire non seulement politique, mais aussi sociale, économique et culturelle de la Mésopotamie. La tâche est immense. Elle implique des recherches collectives, des collaborations transversales et une vision globale qui passe notamment par un dialogue permanent entre archéologues et épigraphistes, entre philologie et histoire."

Enfin concernant la structure des textes telle qu’elle est analysée ce matin l’épigraphiste souligne :

"Pour l’époque néo-assyrienne, les savants distinguent entre des serments de fidélité prêtés par des sujets ou des vassaux et des traités conclus entre rois ; mais le terme de adê qui désignait ces deux catégories met l’accent sur leur point commun, à savoir le serment qui engageait ceux qui le prêtaient."

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Dominique Charpin, Les alliances au Proche-Orient ancien, entre diplomatie et religion, "la structure des textes", le 1er juin 2016.

Pour prolonger :

ARCHILAB : base de données internationale qui présente les « Archives babyloniennes des XXe-XVIIIe siècles avant notre ère

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......