LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Occupy Wall Street, 30 October 2011/détail photo, Harvard, Feb. 11, 2013 - NREL scientist Michael Crowley/Zuccotti Park, Occupy Wall Street Movement, 11-11-11, New York City
Épisode 9 :

Capitalisme d’innovation et individualisme de singularité

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment les termes de l’émancipation économique, sociale et politique ont-ils été radicalement modifiés par trois grandes mutations contemporaines ? demande Pierre Rosanvallon.

Occupy Wall Street, 30 October 2011/détail photo, Harvard, Feb. 11, 2013 - NREL scientist Michael Crowley/Zuccotti Park, Occupy Wall Street Movement, 11-11-11, New York City
Occupy Wall Street, 30 October 2011/détail photo, Harvard, Feb. 11, 2013 - NREL scientist Michael Crowley/Zuccotti Park, Occupy Wall Street Movement, 11-11-11, New York City Crédits : Wikicommons/Occupy Wall Street/D.M Gaines/Energy Gov

Ces trois grandes mutations sont : l’entrée dans un nouvel âge du capitalisme, le capitalisme d’innovation, l’avènement d’un individualisme de singularité et le déclin de la performance démocratique de l’élection?
Nous voici presque au terme de la grande fresque que Pierre Rosanvallon, titulaire de la chaire Histoire Moderne et Contemporaine du politique, a consacrée depuis l’an passé aux années 1968-2018 : une histoire intellectuelle et politique. Face aux désenchantements démocratiques, aux populismes, aux maux du temps présent, il propose, de retrouver les "enthousiasmes, les aveuglements et les explorations de 1968 à nos jours", en mêlant temps court et temps long (les cours précédents sont revenus sur les 3 âges de la modernité et de l’émancipation, de la période révolutionnaire, au XVIIIe siècle, à la réapparition du terme néolibéralisme dans les années Thatcher). A ces différents jeux de temporalités qui servent à mettre en valeur les déploiements de la modernité, en parallèle des grandes mutations entrainées par les révolutions techniques et industrielles, loin de l’image simplifiée donnée par la critique radicale des effets de cette modernité, il entrecroise son témoignage personnel, ses propres interrogations et ses recherches sur la démocratie, l’émancipation et le libéralisme avec la grande histoire collective. Ce travail qui articule la grande histoire et une histoire particulière vise selon ses mots « à faire progresser la conceptualisation des phénomène politiques contemporains ».
Et les interrogations de cette vaste fresque de l’histoire politique et des idées entre 1968 et 2018, s’achèvera sur le questionnement de la situation actuelle, comment elle s’inscrit dans la modernité? Pour Pierre Rosanvallon il s’agit de proposer une critique constructive et efficace de la formule de la radicalisation de la modernité. 

« C’est une tout autre perspective qui a guidé mon appréhension du moment présent, dira-t-il : celle du constat d’un vide intellectuel sur lequel ont prospéré les idéologies du grand retournement. Considérer les choses de cette manière, c’est souligner que nous ne sortirons des menaces qu’elles charrient que par l’entrée dans un nouvel âge des démocraties et de l’organisation solidaire du social. Car c’est toujours dans les promesses non tenues de la modernité que s’enracinent les perversions régressives et les illusions mortifères. » 

Quelles sont les mutations récentes du capitalisme et leur conséquence pour le travail et notre façon d’envisager nos existences? Comment les inégalités s’en sont elles trouvées modifiées?  

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 31 janvier 2018 pour le cours de Pierre Rosanvallon,  aujourd’hui, "capitalisme d’innovation et individualisme de singularité"

Pour prolonger :

L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......