LE DIRECT
Zhang Qian prenant congé de l’empereur Wudi, pour son expédition en Asie centrale de -139 à -126, peinture murale des grottes de Mogao, 618-712
Épisode 7 :

À l'ouest, d'autres centres de civilisation ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment la Chine des Han a-t-elle découvert au-delà des contrées dites « sauvages » qu’elle n’était pas le seul empire civilisé? Comment l’Inde apparaît-elle comme un autre centre de civilisation comparable au Pays du Milieu? demande la sinologue Anne Cheng.

Zhang Qian prenant congé de l’empereur Wudi, pour son expédition en Asie centrale de -139 à -126, peinture murale des grottes de Mogao, 618-712
Zhang Qian prenant congé de l’empereur Wudi, pour son expédition en Asie centrale de -139 à -126, peinture murale des grottes de Mogao, 618-712 Crédits : Wikicommons

Pourquoi ce « royaume céleste » au delà des montagnes participe-t-il à la fois du "fantasme fabuleux" pour les Chinois et de la tentative de renverser l’itinéraire de la transmission de l’enseignement de Bouddha?  

Anne Cheng, titulaire de la chaire «Histoire intellectuelle de la Chine» propose "d’interroger la prétention chinoise à l’universalité et à la centralité" dans le cadre de sa grande série pluriannuelle, intitulée,  "Universalité, mondialité, cosmopolitisme - Chine, Japon, Inde". Comment les Chinois envisagent-ils la question de l’Autre? Quelle est l’ambivalence de leur regard sur l’Inde? 

Dans le cours qui ouvrait cette troisième année consacrée à cette vaste enquête, Anne Cheng demandait :« Alors que la Chine se projette hors de ses frontières, ne faut-il pas casser cette autosuffisance? Le Pays du Milieu s’est lancé dans l’ambitieux projet « Une ceinture, une route », « One belt, one road », pour « ceinturer », soulignait-elle une partie du monde et lancer une nouvelle route de la soie qui relie la Chine par voie terrestre et maritime à ses voisins et aux pays plus lointains engagés dans les échanges avec elle. Anne Cheng interroge les enjeux géopolitiques et culturels d’une Chine lancée dans la découverte et la conquête d’un monde plus ouvert, mais aussi tout aussi "grand et noble" que l'Empire du Milieu. La sinologue nous entraîne deux siècles avant et après l’ère Chrétienne sous les Han quand ces souverains et leurs émissaires découvrent au-delà des terres périphériques et barbares, peuplées de sauvages, de « grands » et beaux royaumes ». Tandis que « le pouvoir actuel ne se prive pas de cultiver l’amnésie », rappelait Anne Cheng dans une interview donnée en 2010 à la revue Vacarme :

"l’histoire de la Chine est faite de ruptures, de tensions et de fragmentations. De même, la tradition intellectuelle chinoise est faite de réévaluations et de réinventions constantes : lors de la formation du premier empire centralisé autour de -221, lors de l’introduction du bouddhisme venu de l’Inde dans les premiers siècles de l’ère chrétienne, lors de la constitution d’un État mandarinal aux alentours de l’an 1000… On pourrait ainsi multiplier les exemples, mais tous tendraient à montrer que la Chine n’a pas attendu d’être « éveillée » par le contact avec « l’Occident » pour être dans la médiation et les échanges interculturels, ou pour éprouver le besoin de se « moderniser »". 

Que prouvons-nous apprendre des contrées de l’ouest grâce aux Annales des Han postérieures? 

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 11 janvier 2018. pour le cours d’Anne Cheng , aujourd’hui  "À l'ouest, d'autres centres de civilisation ?"

Intervenants
  • Sinologue, titulaire de la chaire « Histoire intellectuelle de la Chine » au Collège de France.
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......