LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Tobanovce en Macédoine, à la frontière avec la Serbie. Automne 2015
Épisode 2 :

Le savant, le politique et le populaire : quel vocabulaire pour les migrations ? (partie 2)

59 min
À retrouver dans l'émission

Quelle est la définition de l’émigration ? Demande le démographe-sociologue François Héran. Quelle est la grande différence entre « immigré » et « étranger » - ce dernier terme appartenant à une catégorie juridique, quand le premier n’y entre pas? Qu’est-ce qu’on appelle la seconde génération?

Tobanovce en Macédoine, à la frontière avec la Serbie. Automne 2015
Tobanovce en Macédoine, à la frontière avec la Serbie. Automne 2015 Crédits : Matthieu Chazal

"Que sont les démographes? Des complices de l’Etat , des agents du champ scientifique ou des enquêteurs maniant proportions et art de la dérogation", s’interroge non sans une dose de distance, François Héran, quand il présente les paradoxes et les critiques des enquêtes sur les migrations. Pourquoi confond-on les statistiques ethniques et les statistiques ethno-raciales? 

L’ancien normalien qui a dirigé de 1993 à 1998, la division des enquêtes et études démographiques de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insée), puis de 1999 à 2009, l'Ined (Institut national d'études démographiques) est titulaire de la nouvelle  chaire « Migrations et sociétés » depuis sa leçon inaugurale, donnée le 5 avril 2018. 

Dans le beau portrait qu’elle livre du chercheur engagé et polyglotte (il a appris l’arabe, le kurde, le persan et l’aymara, langue de l’empire inca parlée en Bolivie), Ariane Chemin (Le Monde, 30 mars 2018) rappelle le caractère « obsédant » de l’immigration en France quand François Héran publie Le Temps des émigrés au Seuil en 2007 : 

"En ces années 2000 marquées par l’élection de Nicolas Sarkozy, le débat public sombre dans l’outrance, le tumulte et la confusion. Le chef de l’Etat crée un ministère de « l’identité nationale », des polémistes dénoncent avec épouvante le « grand remplacement », mais François Héran n’en a cure : sans jamais se départir de son imperturbable calme, le démographe leur oppose inlassablement les faits, les chiffres, les leçons de l’Histoire et les comparaisons internationales."

Ariane Chemin cite le chercheur à l’INED, Cris Beauchemin sur la façon « singulière » de François Héran d’intervenir dans le débat public : 

"En démographe, il mobilise les statistiques sociales d’une manière très pédagogique, en inventant des métaphores et en insistant sur les ordres de grandeur ; en sociologue, il épluche les débats de l’Assemblée nationale ou les commentaires des avis du Conseil constitutionnel pour ne jamais rester à la surface des textes institutionnels ; et en philosophe, il analyse les discours publics pour identifier les ressorts des idées reçues. Son travail est si fouillé que ses interventions font mouche."

Avant de plonger dans le laboratoire du démographe qui analyse l’interaction entre les phénomènes migratoires, aujourd’hui incontournables, et les sociétés, l’historicité du vocabulaire de l’immigration, rappelons que François Héran a séjourné un an à La Haye pour étudier le débat public sur l’immigration, en 2011. A côté de la France, de l’Allemagne et de la Grande Bretagne, il s’attache à l’exemple néerlandais et au terme devenu péjoratif « allochtone ». 

Et nous gagnons le Collège de France, le 1er juin 2018, pour le cours de François Héran, aujourd’hui, "Le savant, le politique et le populaire : quel vocabulaire pour les migrations ? (partie 2)".

Pour prolonger 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

François Héran a publié  Le temps des immigrés. Essai sur le destin de la population française, au Seuil en 2007, et plus récemment à La Découverte, en 2017, l’essai intitulé « _Avec l’immigration,_Mesurer, débattre, agir.

Un grand merci au photographe Matthieu Chazal dont les prises de vue, sur la route des migrants dans la région méditerranéenne, accompagnent la présentation des cours de François Héran.

Références musicales par Laure-Hélène Planchet :

  • Mozart l’Egyptien », Mozart musique traditionnelle arabo-andalouse, interprété par l’Orchestre Symphonique de Bulgarie, album « Moazrt l’Egyptien ».
  • « Elment a két lany viragot szedni », chanson traditionnelle hongroise, direction Jordi Savall, album « Bal Kan : Miel et sang / Balkan / Voix de la mémoire »
L'équipe
Coordination
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......