LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
13è siècle : Oldrado da Tresseno, podesta de Milan, représenté à cheval (d'après la sculpture de la façade du Palazzo della Ragione à Milan), image extraite de l'ouvrage "Historical Costumes from the 12-15th Centuries", Camillo Bonnard, Vol. 2, 1835
Épisode 12 :

Retour dans la cité

59 min
À retrouver dans l'émission

Qu’est-ce que l’institution podestataire? Comment plusieurs communes d’Italie ont-elles expérimenté en même temps une forme politique originale entre 1175 et 1185? s'interroge l'historien Patrick Boucheron.

13è siècle : Oldrado da Tresseno, podesta de Milan, représenté à cheval (d'après la sculpture de la façade du Palazzo della Ragione à Milan), image extraite de l'ouvrage "Historical Costumes from the 12-15th Centuries", Camillo Bonnard, Vol. 2, 1835
13è siècle : Oldrado da Tresseno, podesta de Milan, représenté à cheval (d'après la sculpture de la façade du Palazzo della Ragione à Milan), image extraite de l'ouvrage "Historical Costumes from the 12-15th Centuries", Camillo Bonnard, Vol. 2, 1835 Crédits : DEA / BIBLIOTECA AMBROSIANA / VIA GETTY - Getty

Comment la tension entre onction et élection, peut-elle être une visée de l’archéologie politique? Quelle est est la présence de l’empire gréco-romain, comme "gamme étendue des possibles politiques"?

Patrick Boucheron,  titulaire de la chaire Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, achève aujourd’hui  sa grande enquête, où il a cherché à délimiter « l'invention du politique dans les expérimentations médiévales ». Dans ce grand cours bilan Patrick Boucheron revient selon ses mots sur "les deux formes paradoxales de la stabilité politique au Moyen Âge : premièrement, la fuite est possible, deuxièmement, l’alternative est pensable"

Dans le cours précédent, revenant sur la notion de "recherche en marche" chère au collège de France, il a indiqué :

« J’aurais tenté cette année, moins une histoire générale des pouvoirs en Europe occidentale qu’une grammaire générale de leurs conditions de possibilité, ce que j’ai appelé « les possibles du politique », grammaire donc, mais au sens de la grammaire générative qui est une théorie transformationnelle de la production des énoncés. 

"En matière politique, ces énoncés sont potentiellement infinis (et il convenait cette année, contre une vision unitaire et compacte de l’époque médiévale, de mettre l’accent sur la variété des temps, des régimes et des expériences) mais ils obéissent à quelques règles de transformation élémentaire". (...)

Évoquant le style et le contenu de son enquête, l'historien médiéviste explique :

Une telle enquête part du postulat que ce que l’on retient du passé n’est rien d’autre qu’un amas de réponses à des questions que l’on ne connaît pas — et si on ne les connaît pas, ce n’est pas nécessairement parce qu’on ne se les pose plus, au contraire. C’est un amas, oui, un entassement de formes orphelines de leurs fonctions, c’est-à-dire, littéralement, de rebuts, de brisures, de restes — c’est ainsi que l’on avait envisagé la question liturgique, avec Pierre Legendre, dans les deux premières séances consacrées aux Laudes regiae."

"Donc, contrairement à une idée reçue, l’opération historiographique ne consiste pas à questionner le passé, mais à le laisser nous poser des questions, le laisser prendre des nouvelles de nous" — par exemple, l’année dernière, avec cette forme particulière de fiction politique qu’est la novellistica italienne, donner des « nouvelles de la tyrannie ».

"En matière d’histoire des pouvoirs, il est je crois très fécond d’opérer un tel renversement : si le passé est le réservoir de solutions détachées de leur problème, alors écrire l’histoire revient à reconstituer les problèmes dont les formes institutionnelles ou les pratiques politiques dont on garde la trace constituent les solutions." 

Quelle serait la mise en puissance du passé? Comment la question de l'invention du politique peut-elle engager une philosophie du temps? 

Le cours d'aujourd'hui s'attache à "l’une des inventions du politique" qui s'éprouve dans l'Italie communale entre 1175 et 1185  :

"Le podestat doit mettre sa science du gouvernement au service de la concorde civique ; gouvernant supra partes (au dessus des partis), il est chargé par les factions de pacifier un jeu politique marqué par une intense conflictualité. « Régir, unifier, rassembler et conserver » une cité en proie aux querelles intestines : c’est ce que les habitants de Crémone attendent de leur podestat, qu’ils réclament à l’Empereur Frédéric II, en 1233, 'ob civiles inimicitias'. Concrètement, le podestat convoque et préside les réunions des conseils, fait exécuter leurs sentences, veille à l’ordre public et, surtout, rend la justice. Comment un étranger à la ville parvenait-il à imposer son autorité ?" 

Sculpture représentant Oldrado da Tresseno sur la façade du Palazzo della Ragione, Milan - "Broletto nuovo"
Sculpture représentant Oldrado da Tresseno sur la façade du Palazzo della Ragione, Milan - "Broletto nuovo" Crédits : Wikicommons/Welleschik

D'où vient l'institution podestataire? Quelles sont ses origines? Patrick Boucheron explique avant de s'interroger : 

"En appliquant le style de questionnement que je suggérais tout à l’heure — l’histoire est l’art des problématisations qui mène de l’archéologie d’une solution à la reconstitution du problème — on parvient à retrouver la question à laquelle l’institution podestataire apportait une réponse. Quel était le problème dans le dernier quart du XIIe siècle ?"

Nous gagnons le Collège de France pour le cours de Patrick Boucheron, le 2 avril 2019, aujourd'hui "Retour dans la cité".

Intervenants
  • Historien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d’histoire des pouvoirs en Europe occidentale (XIIIe-XVIe siècle)
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......