LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
25 janvier 1077, Henri IV, roi des Romains, attend avec femme et enfant, les pieds dans la neige, que le pape Grégoire VII lui ouvre la porte et lève l'excommunication prononcée contre lui.
Épisode 3 :

Qu'est-ce qui s'est joué à Canossa ?

59 min
À retrouver dans l'émission

Quels sont les précédents historiques de la pénitence de Canossa et quelle est la puissance politique d’une royauté inspirée du David biblique ? Comment la réforme grégorienne a-t-elle pu produire "un chassé-croisé entre sacralité et souveraineté" ? S’interroge l'historien Patrick Boucheron.

25 janvier 1077, Henri IV, roi des Romains, attend avec femme et enfant, les pieds dans la neige, que le pape Grégoire VII lui ouvre la porte et lève l'excommunication prononcée contre lui.
25 janvier 1077, Henri IV, roi des Romains, attend avec femme et enfant, les pieds dans la neige, que le pape Grégoire VII lui ouvre la porte et lève l'excommunication prononcée contre lui. Crédits : John Foxe, 1563

Comment ce chassé-croisé et l’épisode de Canossa permettent-ils la possibilité d’une expérience politique ou qu’il y ait des expériences

Enfin comment les inventions pontificales en matière d’art de gouverner se sont-elles dispersées dans toute l’Europe et se sont-elles  rendues disponibles à d’autre expériences?

Patrick Boucheron, titulaire de la chaire Histoire des pouvoirs en Europe occidentale, XIIIᵉ-XVIᵉ siècle, nous entraîne, cette semaine et la suivante, dans une grande enquête sous le titre « Les inventions du politique : expérimentations médiévales »

Pour l’historien, il s’agit de risquer une théorie générale, non pas des systèmes de pouvoir médiévaux, mais de son inventivité politique

Le cours d’aujourd’hui va rappeler l’approche critique et scientifique d’un Moyen-Age, dont il ne faudrait pas grossir « l’altérité », tout en se préservant des « pièges d’une fausse familiarité » et en expérimentant, si possible, de nouvelles voies. Ces nouvelles perpectives semblent s’ouvrir avec les lectures de l’épisode de Canossa…

A la fin du cours précédent, Patrick Boucheron a questionné l'exclamation d'Otto von Bismarck, chancelier du nouvel empire germanique, qui devant le Reichstag le 14 mai 1872, avait déclaré  : 

Rassurez-vous, nous n’irons pas à Canossa, ni par la chair ni par l’esprit !

Le pape Pie IX, nous a expliqué Patrick Boucheron, venait de refuser d’accréditer un ambassadeur allemand et Bismarck affirmait alors qu’il ne se laisserait pas humilier par la curie romaine — c’est-à-dire en l’occurrence le pouvoir spirituel, mais aussi d’une manière générale la latinité, assimilée à une culture méridionale. 

Et c'est  "l'événement fameux", datant de presque huit cent ans que Patrick Boucheron introduisait pour le soumettre à différentes lectures : "la pénitence humiliante" - quoique ! - du roi des romains Henri IV face au pape Grégoire VII en janvier 1077. 

Patrick Boucheron souligne :

Le conflit entre le salien Henri IV (élu roi de Germanie en 1056) et Grégoire VII (pape depuis 1073) engage une question majeure dans la réorganisation des pouvoirs en Occident : rien moins que la concurrence entre deux prétentions à l’universel . 

Puis il rappelle :

Portant sur la nomination des évêques et des abbés, leur conflit engage une question prépondérante dans la réorganisation des pouvoirs en Occident : ce que les historiens appelleront bien plus tard la querelle des Investitures.

Pape destitué, roi excommunié, les deux hommes de pouvoir se sont "mutuellement anéantis". Patrick Boucheron nous a présenté Henri IV, soumis à la pression des princes de l’empire et contraint d’aller demander le pardon de Grégoire VII, en villégiature dans un des châteaux de la comtesse Mathilde de Toscane, à Canossa, dans les Apennins.

Le roi Henri IV décide alors de franchir les Alpes, en plein hiver, (contraint de passer par le col du Mont-Cenis), comme jadis Charlemagne. 

Le moine chroniqueur Lambert de Hersfeld décrit dans ses Annales :

la troupe royale se hissant à grand peine sur les sommets abrupts,tantôt à quatre pattes, tantôt en s’agrippant aux épaules de leur guide, tirant le roi sur une peau de bœuf.

Alors qu'est-ce qui se joue au-delà des neiges de Canossa ? 

Nous retrouvons le grand amphithéâtre du Collège de France, lui, à l'abris de la neige tombée sur Paris le 22 janvier 2019. Patrick Boucheron poursuit son analyse de l'événement fameux de Canossa, avant de nous présenter « Les conditions religieuses de l'expérience politique ».

Dans le prolongement de la série  "Les inventions du politique : expérimentations médiévales" :

Patrick Boucheron indique après chaque cours les principales questions abordées, les références bibliographiques des extraits et des livres cités.

Qu’est-ce que « l’expérience décisive du moment grégorien » ? demande Patrick Boucheron en citant Pierre Toubert (« Eglise et Etat au XIe siècle : la signification du moment grégorien pour la genèse de l’Etat moderne », dans Jean-Philippe Genet et Bernard Vincent dir., Etat et Eglise dans la genèse de l’Etat moderne, Madrid, 1986)

La fin du cours revient sur la laboratoire monastique, notamment le "projet renversant de Robert d’Arbrissel", fondateur de l'ordre de Fontevraud (Jacques Dalarun, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, 2012) et sur l' "expérimentation politique" de la congrégation érémitique de Grandmont et la figure d'Etienne de Muret...

Ancienne vue de l’abbaye de Fontevraud en Anjou, par Louis Boudan en 1699.
Ancienne vue de l’abbaye de Fontevraud en Anjou, par Louis Boudan en 1699. Crédits : Gallica

Attachée à la chaire de Patrick Boucheron au Collège de France, la revue Entre Temps... revue d’histoire actuelle, collective et entièrement gratuite.

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......