LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des membres de la communauté Sarayaku sillonnent dans le "Canoë de la vie", le Bassin de la Villette à Paris le 8 décembre 2015 lors de la conférence COP21 sur le changement climatique.
Épisode 3 :

Hommes et natures : des frontières brouillées

59 min
À retrouver dans l'émission

Quelle nature voulons-nous et comment penser l’action politique et le vivre-ensemble dans un monde où nature et société ne sont plus irrémédiablement dissociées? ? demande l’anthropologue, Philippe Descola, lorsqu’il présente le colloque Les Natures en questions?

Des membres de la communauté Sarayaku sillonnent dans le "Canoë de la vie", le Bassin de la Villette à Paris le 8 décembre 2015 lors de la conférence COP21 sur le changement climatique.
Des membres de la communauté Sarayaku sillonnent dans le "Canoë de la vie", le Bassin de la Villette à Paris le 8 décembre 2015 lors de la conférence COP21 sur le changement climatique. Crédits : Thomas Samson - AFP

Dans le cadre de la diffusion du colloque "Les natures en question", donné au Collège de France, en 2017, nous avons ouvert, la semaine passée, le questionnement de la place de la nature dans nos sociétés, de sa définition alors que "les frontières se brouillent entre humanité et nature".

Philippe Descola, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Anthropologie de la nature, qui a dirigé son organisation et son comité, explique qu'il s'agit d'examiner dans une perspective interdisciplinaire des questions soulevées par le constat de la caducité du décloisonnement entre détermination naturelle et détermination humaine.
Nous poursuivons cette interrogation cette semaine et c'est l'analyse anthropologique qui est sollicitée aujourd'hui, quand elle n'est pas remise en question ou relancée par de salutaires décentrages. 

Chaque diffusion de ce colloque, en forme de dytique, présente deux contributions :

En première partie, Philippe Descola revient sur les recompositions de l'anthologie? Quelles leçons peut-on tirer d’un collectif de l’Amazonie équatorienne, la communauté Sarayaku, qui revendique, lors de la Cop 21, la préservation, non d’un espace naturel, mais celle de "la relation matérielle et spirituelle" que les peuples  tissent avec les autres êtres qui habitent la forêt ?

En deuxième partie, l'anthropologue-philosophe Frédéric Keck, directeur du département recherche et enseignement du musée du Quai Branly, s'attachera aux relations entre humains et animaux : comment se sont-elles transformées par l’anticipation des maladies infectieuse émergentes?  Quel est le rôle des animaux sentinelles dans nos sociétés qui craignent les pandémies?
Après son entrée au CNRS en 2005, Frédéric Keck, a effectué des enquêtes ethnographiques sur les crises sanitaires liées aux maladies animales : ESB, SRAS, grippes « aviaire » et « porcine ».

Et nous gagnons le Collège de France le 19 octobre 2017 pour la conférence de Philippe Descola intitulée, "De la Nature universelle aux natures singulières : quelles leçons pour l'analyse des cultures ?", suivie de celle de Frédéric Keck, "Laisser vivre les sentinelles. Transformations de la biopolitique par les chasseurs de virus".

Pour prolonger :

Les Actes du colloque Les Natures en questions, sous la direction de Philippe Descola, viennent d’être publiés chez Odile Jacob.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......