LE DIRECT
Pwanchir Pitu, Shaman et chef spirituel du peuple Achuar, 26 janvier 2006
Épisode 8 :

Les Achuars et les Kasua

59 min
À retrouver dans l'émission

Quel est le rapport à la terre des Achuars, collectif mono spécifique de la forêt tropicale humide de l’Equateur?

Pwanchir Pitu, Shaman et chef spirituel du peuple Achuar, 26 janvier 2006
Pwanchir Pitu, Shaman et chef spirituel du peuple Achuar, 26 janvier 2006 Crédits : Wikicommons/ CONAIE, ANPE FOTO/Patricio Realpe/WWW.conaie.org

Aujourd’hui, nous retrouvons les Achuars, qui « vivent en habitat dispersé avec une très faible densité démographique », un "collectif", cher au cœur de Philippe Descola, titulaire de la chaire Anthropologie de la nature. Le chercheur a longuement séjourné avec sa femme dans les années 1970 chez les Achuars.

Dans La Composition des mondes, Entretiens avec Pierre Charbonnier, Philippe Descola rappelle :

"Comme je l'ai dit mon objectif en allant chez les Achuars était d'étudier le rapport à l'environnement d'une société dont les conditions économiques et le système technique n'avait pas été trop bouleversé par le contact. Les Achuars répondaient à cette exigence : en dehors des outils métalliques, des cotonnades de traite et de quelques fusils, tous encore assez rares chez eux, ils n'avaient pas de biens manufacturés, n’utilisaient pas l'argent, ignoraient les cultures de rente et le travail salarié. (…) il ne s'agissait pas du tout pour nous d'aller vers le plus primitif, vers quelque chose qui incarnerait une pureté culturelle idéalisée, protégée des influences extérieures, mais simplement d'étudier une société qui continuait à définir elle-même les principes fondamentaux de son rapport à la nature."

Il ajoute :

"Je dois dire par ailleurs que cela était un privilège extraordinaire de partager l'existence pendant quelques années d'un groupe d'humains qui vit selon ses propres règles et non pas dans la sujétion ou dans l’orbite d'un État-nation qui lui impose les siennes".

Philippe Descola s’est engagé dans une entreprise de reconceptualisation critique de sa discipline, dans le cadre de sa série pluriannuelle, intitulée « Les usages de la terre. Cosmopolitiques de la territorialité ». Il réinterroge dans ce cadre les modalités et les institutions du vivre ensemble dans les collectifs non modernes.

Il poursuit aujourd’hui son exploration des régimes animistes pour analyser ce qu’il appelle les collectifs monospécifiques, composés chacun de même type d'être humain ou non humain.

Ils sont définis comme des « tribus espèces » dont "tous les membres se voient comme des humains qu’elles que soient par ailleurs leur forme générique, leur apparence générale tandis que chacun de ces collectifs n’apparaît avec ses qualités singulières qu'aux yeux des autres collectifs". Leur identité n'est donc "perceptible que vue de l'extérieur". Sur le rapport à la terre, explique l’anthropologue, "ils sont exclusifs les uns des autres. Ils s'organisent selon un modèle concentrique tandis que les territoires des collectifs non humain peuvent partiellement coïncider avec les territoires des collectifs humains" (selon la forme de la complémentarité de niches écologiques) ou peuvent être marginalisés. Après les Achuars, Philippe Descola nous entraîne en Nouvelle Guinée, auprès des Kasua.

Ici "les territoires des clans forment chacun des niches écologiques singulières qui sont partagées par des groupes d’humains et par des groupes de non-humains (colonies de sagoutier, animaux et esprits)".

Selon le degré d’anthropisation de leur écosystème : plus ceux-ci sont élevés, plus les esprits perdent leur immanence résidant loin des humains, à la périphérie et nécessitant dès lors des médiations.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 13 avril 2016, pour le Cours de Philippe Descola, « Les usages de la terre. Cosmopolitiques de la territorialité » aujourd’hui les Achuars et les Kasua.

Pour prolonger :

Bibliographie liée à la série de Philippe Descola.

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......