LE DIRECT
J. Frazer, "Le Rameau d'Or", M. "Hocart, Kings and Councillors", P. Clastres, "La Société contre l'Etat"
Épisode 4 :

Rois sacrés et chefs sans pouvoirs

59 min
À retrouver dans l'émission

Que pouvons-nous apprendre des rois sacrés? A quelles conditions, demande Philippe Descola passe-t-on d’une figure représentant le bien-être de sa communauté sans disposer d’un pouvoir effectif, à la figure d’un roi exerçant une réelle souveraineté sur ses sujets, sinon sur la terre qu’ils occupent?

J. Frazer, "Le Rameau d'Or", M. "Hocart, Kings and Councillors", P. Clastres, "La Société contre l'Etat"
J. Frazer, "Le Rameau d'Or", M. "Hocart, Kings and Councillors", P. Clastres, "La Société contre l'Etat" Crédits : Robert Laffont/ The University of Chicago Press/Les Editions de Minuit

Philippe Descola, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Anthropologie de la nature, poursuit sa grande enquête sur les genres de rapports à la terre que les collectifs analogistes non modernes ont développés.

Le chercheur-enseignant, qui dirige un laboratoire mixte du Collège de France, de l'EHESS et du CNRS et qui a élaboré une anthropologie comparative des rapports entre humains et non-humains reprend sur plusieurs cours la figure du roi sacré, théorisée par James Frazer, avec son ouvrage Le rameau d’or en 1922 et Maurice Hocart, auteur notamment de Kingship en 1927 et plus tard de Kings and Councillors, Rois et Courtisans, dans sa version française.

Philippe Descola s’est attaché dans le cours précédent à l’analyse de l’hypothèse de Maurice Hocart, qui voit dans l’institution de la royauté sacrée la fondation de l’État moderne « du fait que l’organisation rituelle est devenue la forme par défaut de l’organisation étatique ».

Philippe Descola a notamment expliqué que selon Maurice Hocart :

« L’État et son appareil seraient des transformations fonctionnelles des structures rituelles qui les précèdent, une transposition de la division du travail liturgique de la royauté sacrée dans la division technique du travail administratif ».

Aujourd’hui, Philipe Descola propose d’interroger les thèses de Pierre Clastres, en notant cependant qu’il ne s’est pas directement occupé des collectifs analogiques, mais il aborde ces questions de manière oblique. Nous retrouvons aussi les travaux d’Alfred Adler qui discutent les thèses de Pierre Clastres. Quels sont les moyens des sociétés sans Etat pour prévenir, contenir le surgissement d’un pourvoir solitaire ? Peut-on distinguer un parallèle entre le guerrier amérindien et le roi divin Moundang ? Comment la société se débarrasse -t-elle de ses maîtres ? Pourquoi faut-il mettre à mort le roi sacré ?

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 22 février 2017, pour le Cours de Philippe Descola, « Les usages de la terre. Cosmopolitiques de la territorialité », aujourd'hui "Rois sacrés et chefs sans pouvoirs".

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......