LE DIRECT
Récit R. Coverte, 1631 / Le grand moghol par Nicolas II de Larmessin, 1690 / Texte de Purchas, 1625
Épisode 3 :

Les collectionneurs au XVIIe siècle

59 min
À retrouver dans l'émission

Que pouvons-nous apprendre des collections consacrées à l’Inde au XVIIe siècle ? Nous poursuivons en compagnie de Sanjay Subrahmanyam, titulaire de la chaire « Histoire globale de la première modernité » au Collège de France, l’enquête sur les représentations de l’Inde et de l’Europe moderne.

Récit R. Coverte, 1631 / Le grand moghol par Nicolas II de Larmessin, 1690 / Texte de Purchas, 1625
Récit R. Coverte, 1631 / Le grand moghol par Nicolas II de Larmessin, 1690 / Texte de Purchas, 1625 Crédits : M. Moneghetti/wikicommons/Gallica/Berger coll./

Dans son recueil d’articles, Leçons indiennes, Itinéraires d’un historien, Delhi, Lisbonne, Paris, Los Angeles, notre historien polyglotte rappelle :

« Plusieurs siècles après l’arrivée de Vasco de Gama, sur les rivages indiens, il n’y avait pas encore d’idée dominante à propos de l’Inde dans les écrits des Occidentaux : plusieurs visions contradictoires coexistaient, selon que l’auteur écrivait de Madurai ou d’Agra, qu’il était protestant ou catholique, qu’il connaissait le persan ou le sanscrit, et ainsi de suite »

Nous voici inscrits à nouveau dans une diversité où les savoirs ne sont pas toujours là où on pourrait les attendre. Ainsi ce serait un naufragé américain, Robert Coverte, qui aurait employé en premier le mot Hindou.

Invité aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois en 2011, Sanjay Subrhamanyam explique à propos des Européens et des Orientaux qui circulent entre Inde et Europe au Grand Siècle :

« Les voyageurs passaient presque tous par la Méditerranée. Quand ils arrivaient en Inde, c'était avec les préjugés forgés auprès des civilisations traversées ! ». « il y a des collectionneurs de textes et d'oeuvres d'art, des voyageurs qui collectent des informations pratiques sur l'Orient, mais aussi d'autres qui donnent aux Orientaux des informations sur l'Occident. »

Ce matin, Sanjay Subrahmaniam s’attache aux figures de « collectionneurs voyageurs » et de « collectionneurs de cabinet ». Parmi eux, émergent les philologues partis à la recherche des correspondances bibliques en Inde.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France pour le cours de Sanjay Subrahmanyam, « L'Europe et l'Inde : Collections, représentations, projections, XVIᵉ-XVIIIᵉ siècles », le 23 mai 2016.

Intervenants
  • Professeur à l'université de Californie à Los Angeles, professeur au Collège de France, Chaire Histoire globale de la première modernité.
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......