LE DIRECT
Grotte d'Altamira en Cantabrie (Espagne), réputée pour ses nombreuses peintures rupestres pariétales datant du Paléolithique supérieur
Épisode 9 :

Chasse et Société (suite et fin)

59 min
À retrouver dans l'émission

Quelle est l’influence des comportements de chasse et de prédation sur les groupes humains ou les structures familiales de nos lointains ancêtres préhistoriques ? S’interroge le paléo-anthropologue Jean-Jacques Hublin.

Grotte d'Altamira en Cantabrie (Espagne), réputée pour ses nombreuses peintures rupestres pariétales datant du Paléolithique supérieur
Grotte d'Altamira en Cantabrie (Espagne), réputée pour ses nombreuses peintures rupestres pariétales datant du Paléolithique supérieur Crédits : Universal History Archive / UIG - Getty

Quelles sont les dimensions symboliques, psychologiques ou cognitives de ces comportements de chasse ? 

Quelle est la part de prestige de rapporter une très grande proie que le groupe, les familles vont pouvoir partager? 

Jean-Jacques Hublin, professeur à l'Institut Max Planck d'Anthropologie Evolutionnaire (à Leipzig), en Allemagne, professeur invité, titulaire de la chaire internationale de paléoanthropologie au Collège de France, nous a entraîné depuis la semaine passée dans une grande exploration des origines de la chasse chez les hominines, nos lointains ancêtres préhistoriques. 

Il achève aujourd’hui sa série intitulée L’Homme prédateur,  sur quelques  réflexions autour des effets des comportements de prédation sur les sociétés humaines.

La série s’est ouverte sur la consommation occasionnelle de viande par les grands singes et par les hominines, qui appartiennent aussi à la famille des primates. 

Jean-Jacques Hublin a analysé les pratiques de chasse des uns et des autres, avant de s’attacher à l’intensification de ces pratiques vers 2 millions d’années et l’apparition d’Home erectus. 

Après avoir montré les ajustements biologiques liés à la chasse (notamment la capacité humaine à l’endurance), les innovations technologiques (utilisation d’armes, d'outils liées aux activités de boucheries), la diversité de l’exploitation des ressources (notamment l’introduction des nourritures aquatiques très bénéfiques au développement de l’homme), le chercheur a ouvert dans le cours précédent, une série de questions autour de l’influence de la chasse sur l’organisation des sociétés humaines, au paléolithique et au néolithique. 

Il a notamment mis en valeur les relations entre territoires et environnements, les différences de densité de population entre les milieux côtiers qui peuvent permettre une sédentarisation et une certaine sécurité alimentaire et des milieux plus difficiles. Il a soulevé la question de l’apparition de la modernité culturelle et de sociétés plus complexes chez les chasseurs cueilleurs.

A la lumière des dernières découvertes et des différents débats, dans une approche interdisciplinaire, mêlant approches anthropologiques, archéologiques, biologiques… Jean-Jacques Hublin interroge les relations entre les capacités d’innovation et les densités de population, mais aussi les pressions d’un environnement risqué sur la créativité des hommes. 

Comment se passe le transfert de nourriture ? Demande-t-il. Y a-t-il eu un partage sexuel des tâches ? Les femmes ramassant des tubercules et pratiquant une chasse de petits gibiers, faisant "bouillir la marmite", en un mot, quand les hommes s’épuiseraient à la chasse au grand gibier, activité certes prestigieuse, mais plus aléatoire ? 

Justement, quel est l’apport en nourriture des hommes et notamment des grands chasseurs ?  Quels bénéfices en retirent-ils ?  Qui nourrit les enfants ? Comment les autres membres de la famille participent-ils à l’alimentation des petits ? Et d’où vient la violence ? 

La série s'achève sur cette terrible question et quelques macabres découvertes. Au-delà de l’image pastorale des chasseurs-cueilleurs, que pouvons-nous savoir, aujourd’hui, de leurs comportements diffus de violence, liés à la protection d’un territoire ? 

Et nous gagnons le Collège de France, le 4 décembre  2018 pour le cours de Jean-Jacques Hublin.

Pour prolonger 

Sa leçon inaugurale a été publiée chez Fayard en 2017 sous le titre, Biologie de la culture : paléoanthropologie du genre Homo

Plus récemment, il a contribué à « Une histoire des civilisations. Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances », sous la direction de Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia et Alain Schnapp, aux éditions La Découverte/Inrap

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......