LE DIRECT
La tablette ARM 9 30 : copie par M. Birot. Photographie : Archives royales de Mari (consultable sur www.archibab.fr)
Épisode 5 :

L’art de citer et de copier

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment sont rédigées les lettres lorsque l’on passe par un scribe? Comment matérialiser la copie d’une missive? demande l’assyriologue Dominique Charpin à l’époque paléo-babylonienne? Pourquoi la lecture syllabe par syllabe?

La tablette ARM 9 30 : copie par M. Birot. Photographie : Archives royales de Mari (consultable sur www.archibab.fr)
La tablette ARM 9 30 : copie par M. Birot. Photographie : Archives royales de Mari (consultable sur www.archibab.fr) Crédits : Archives royales de Mari

Dominique Charpin, titulaire de la chaire Civilisation mésopotamienne propose dans sa nouvelle série, "Lire et écrire en Mésopotamie à l'époque paléo-babylonienne : la correspondance", d’analyser les processus de rédaction, d’acheminement et de lecture des lettres diplomatiques, privées ou à usage commercial, tout genre de missives, rédigées entre 2.000 et 16000 avant notre ère. Il nous inscrit dans une grande enquête épigraphique et archéologique où les archives royales de Mari, sont à l’honneur, il met en valeur ce « trésor » de la Mésopotamie par la quantité et la qualité des tablettes d’argiles en écriture cunéiformes qui y ont été retrouvées et où les lettres ont une belle part. Co-éditeur des archives de Mari, il explique que ce sont plus de 6.000 lettres qui ont été publiées grâce au travaux des épigraphistes, mais les inédits qui apparaissent dans cette série laissent encore de belles perspectives.

Ces lettres-tablettes sont écrites en cunéiformes en forme de "coins "dans l’argile. Dominique charpin explique :

« l’Écriture cunéiforme est de nature mixte comportant à la fois des logogrammes et des phonogrammes. Le répertoire compte environ 600 signes ayant le plus souvent plusieurs valeurs logographique et syllabique. Vu de l'extérieur ce système paraît très compliqué. Traditionnellement les assyriologue ont considéré que son emploi était réservé à une caste de spécialistes, les scribes, qui seuls pouvaient maîtriser le cunéiforme après une longue période de formation ».

Mais la réalité est plus riche. Rois, militaires et marchands pouvaient écrire aussi. Après l’art des formules d’adresses et de salutations dans le cours précédent, nous découvrons aujourd'hui, un autre art dans ces lettres antiques, celui de la citation et une fois encore au travers des nombreux exemples lus avec passion par notre assyriologue, ce sont mille anecdotes et tout un monde qui resurgit... celui disparu de Mari ou du royaume Hammurabi.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 7 juin 2017, pour le cours de Dominique Charpin, "Lire et écrire en Mésopotamie à l'époque paléo-babylonienne : la correspondance" aujourd’hui, « l’art de citer et de copier »

Pour prolonger :

ARCHIBAB: base de données internationale qui présente les « Archives babyloniennes des XXe-XVIIIe siècles avant notre ère.

La leçon inaugurale de Dominique Charpin, Comment peut-on être assyriologue ? sur le site du Collège de France

Bibliographie

La vie méconnue des temples mésopotamiens

La vie méconnue des temples mésopotamiensLes Belles Lettres / Le Collège de France , 2017

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......