LE DIRECT
L'investiture de Zimri-Lim, détail. Fresque murale provenant du palais royal (époque amorrite) de Mari.
Épisode 7 :

Lectures de lettres en audience royale

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment se passait la lecture du courrier royal à l’époque paléo-babylonienne? Comment les rois prenaient-ils connaissance des lettres envoyées par d’autres monarques? demande l’assyriologue Dominique Charpin. Comment recevaient-ils en audience les messagers d’autres rois, sortes de diplomates?

L'investiture de Zimri-Lim, détail. Fresque murale provenant du palais royal (époque amorrite) de Mari.
L'investiture de Zimri-Lim, détail. Fresque murale provenant du palais royal (époque amorrite) de Mari. Crédits : Musée du Louvre/Marie-Lan Nguyen/Wikicommons

Dominique Charpin, titulaire de la chaire Civilisation mésopotamienne, nous entraîne dans une grande enquête autour de la correspondance, pour savoir comment les lettres étaient rédigées, lues et acheminées entre 2.000 et 1600 avant notre ère, dans sa série de cours donnés au Collège de France en 2017,

De Babylone à Mari, en passant par les royaumes voisins, Dominique Charpin, épigraphiste de terrain, jadis en Syrie et en Irak et depuis 2015 sur le site d'Ur, où les fouilles ont repris, nous installe, aujourd’hui, au cœur de l’audience royale. Dans le cours précédent, il nous a montré les conditions d’acheminement du courrier. Et nous avions laissé les porteurs personnels de message aux portes du palais et de la lecture de ces missives.

Qui parvient jusqu’au monarque et selon quelle étiquette, dans le processus très codé de la correspondance royale, s’interroge-t-il ? Comment l’enveloppe de la lettre-tablette devait-elle toujours être brisée devant le monarque ? comment les messagers qui s’adressent aux rois peuvent-ils être des diplomates ? comment disent-ils en audience publique des messages appris par cœur et surtout, comment lisent-ils des missives où l’on sent dans la rédaction d’un texte, sans doute dicté au scribe, un oral figé ?

Peut-on déceler dès l’époque paélo-babylonienne, une pratique de la lecture silencieuse ? Ce matin et demain, ce sont bien les modalités de lecture que notre assyriologue va analyser à l’appui de nombreux extraits de lettres-tablettes, parfois inédits et donnés avec passion pour nous faire entendre le monde englouti de Zimri Lim, dernier roi à Mari ou du puissant Hammurabi de Babylone et d’autres monarques encore moins illustres.

Nous découvrons les accompagnateurs du messager, les représentants permanents qui peuvent recevoir un double des lettres et toute une dramaturgie quand le roi interrompt la lecture, s’approche du lecteur de la lettre, quand ce dernier est effrayé… D’ailleurs, Dominique Charpin nous indique que ces prestigieux porteurs de lettres pouvaient plus ou moins gauchir le contenu de la missive, le compléter à l’oral. La correspondance secrète se dévoile dans le témoignage des lettres-tablettes que les Assyriologues interrogent sans relâche depuis leur découverte, ici émergent les audiences secrètes et la question éternelle du contrôle de l’information, du jeu pour éviter l’incident diplomatique, et on peut comprendre dès lors la nécessité, dans ce cas-là, de se passer d’un scribe.

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 14 juin 2017, pour le cours de Dominique Charpin, "Lire et écrire en Mésopotamie à l'époque paléo-babylonienne : la correspondance", aujourd’hui « Lectures de lettres en audience royale »

Bibliographie

La vie méconnue des temples mésopotamiens

La vie méconnue des temples mésopotamiensLes Belles Lettres / Le Collège de France , 2017

L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......