LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Au piano
Épisode 6 :

Temps et musique I : Stratégies de l’écoute

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment présent, passé et futur se conjuguent-ils dans l’écoute de la musique? Pourquoi la répétition de motifs, de figures, peut-elle être fondamentale? Comment nourrir l’anticipation dans l’écoute d’une œuvre? La musique est-elle sans mémoire?

Au piano
Au piano Crédits : James McNeill Whistler

Le compositeur, Philippe Manoury, titulaire de la chaire annuelle de Création artistique nous entraîne dans une nouvelle réflexion, consacrée sur plusieurs cours aux relations entre musique et temps dans le cadre de sa série intitulée, "Musiques, sons et signes".

Professeur émérite de l'Université de Californie à San Diego, fondateur de sa propre académie de composition dans le cadre du festival Musica à Strasbourg, Philippe Manoury, mêle de grandes réflexions, autour des 4 grandes thématiques: « la répétition, la familiarité, la reconnaissance et la prédictibilité » et de fines analyses d’extraits musicaux puisés dans le répertoire classique (Beethoven, Brahms…) et contemporain (Schoenberg et sa propre œuvre, comme Ring pour grand orchestre spatialisé ou Strange ritual).

Dans sa présentation pour le Collège de France, le compositeur, pionnier dans les musiques électroniques, s’interroge: "Le temps de la composition n'est pas identique à celui de l'œuvre, des stratégies temporelles sont à l'œuvre. Comment orienter, structurer, guider l'écoute de la musique ?" La cohérence est un élément qui reviendra souvent dans son exposé.

Si Philippe Manoury nous plonge dans la composition, les stratégies de surprise, d’innovation des œuvres passées, il ouvre aussi sa propre boîte à outils et un regard documenté sur ses propres recherches et son parcours. De son long compagnonnage avec l’IRCAM et Boulez et ses collaborations actuelles en Allemagne.

En 1997, pour le journal LE MONDE, Philippe Manoury soulignait : "Le traitement informatique fait partie de mon univers au même titre que l’orchestre. J’ai par exemple conçu une séquence qui déduit une série d'accords de l’analyse par l’ordinateur des voyelles chantées. Cela non pas en direct, comme dans ma pièce. En écho, mais à l’aide d’un clavier où sont stockées les informations acoustiques. Cependant, je me méfie beaucoup du déballage technologique moderniste… J’aimerais que l’on oublie mon ordinateur comme Wagner voulait faire oublier l’orchestre présent sous la scène."

Vingt ans plus tard, pour le magazine Trax, avant sa leçon inaugurale au Collège de France, le compositeur note : "Je pense qu’il ne faut pas refaire avec les instruments électroniques ce que l’on faisait déjà avec des instruments acoustiques. L'un de mes angles de recherche, c’est la musique électronique en temps réel. Ça ne suppose pas seulement de moduler le son en temps réel, comme nous pouvons le faire avec un synthétiseur, mais d’avoir une musique qui est créée quasi-instantanément en prenant ses informations dans son environnement. Cela peut être le son d’autres instruments acoustiques, via des calculs probabilistes, des éléments aléatoires, des algorithmes qui interprètent des données captées via un micro… Ce que je souhaite, c’est que cela devienne un dialogue perméable avec le monde réel, et que cette musique soit liée aux instrumentistes."

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 19 mai 2017, pour le cours de Philippe Manoury, aujourd’hui, "Temps et musique I : Stratégies de l’écoute"

Extraits musicaux:

  • L.v. Beethoven : Sonate pour piano opus 109.par Ichiro Nodaïra, piano
  • J. Brahms : Concerto N°2 en sib majeur pour piano et orchestre. Sviatoslav Richter, piano et le Chicago Symphony Orchestra, direction : Erich Leinsdorf.
  • Philippe Manoury : Ring pour grand orchestre spaitalisé (extrait de la "Trilogie Köln") par le Gurzenich Orchester dirigé par François-Xavier Roth
  • Philippe Manoury : Strange Ritual par l'Ensemble Moderne, direction : Frank Ollu.
  • Arnold Schœnberg : Klavierstücke opis 11 n°1 et n°3 par Maurizio Pollini, piano.

Pour prolonger:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......