LE DIRECT
 Valère Novarina, détail, 4e de couverture du catalogue "Disparaître sous toutes les formes"; Musée de l’abbaye sainte-croix, photographie de Michel Cormier/Philippe Manoury en août 2010, photographié par Pauline de Mitt
Épisode 8 :

Organisation temporelle dans la narration: séminaire avec Valère Novarina

59 min
À retrouver dans l'émission

Entre un écrivain & un musicien, quel rapport au temps & à la réversibilité? "L’espace est réversible, mais le temps ne l’est pas" dit l’informaticien Gérard Berry, professeur au Collège de France. Qu’est ce qui se joue entre les mots, la musique & l’espace, selon Valère Novarina & Philippe Manoury?

 Valère Novarina, détail, 4e de couverture du catalogue "Disparaître sous toutes les formes"; Musée de l’abbaye sainte-croix, photographie de Michel Cormier/Philippe Manoury en août 2010, photographié par Pauline de Mitt
Valère Novarina, détail, 4e de couverture du catalogue "Disparaître sous toutes les formes"; Musée de l’abbaye sainte-croix, photographie de Michel Cormier/Philippe Manoury en août 2010, photographié par Pauline de Mitt Crédits : Cahiers de l’abbaye sainte-croix/M.Cormier/Pauline de Mitt

Rediffusion du 27 juin 2017

Le compositeur, Philippe Manoury, titulaire de la chaire annuelle de Création artistique, poursuit son exploration des relations entre temps et musique dans le cadre de sa série intitulée, "Musiques, sons et signes". Aujourd’hui, à l’occasion de son séminaire sur "l’organisation temporelle dans la narration", il reçoit l’écrivain, homme de théâtre et de peinture, Valère Novarina.

Pionnier dans la recherche et le développement de la musique avec électronique en temps réel, professeur émérite de l'Université de Californie à San Diego, fondateur de sa propre académie de composition dans le cadre du festival Musica à Strasbourg, Philippe Manoury dit sa passion pour les formes d’écritures. Et de son blog à sa série de cours au Collège de France, il montre son inlassable curiosité et aspiration à explorer les actes de composition et de création. Avec l’analyse de Wozzeck, il a ouvert les rapports entre littérature et musique. Aujourd’hui, par la magie du verbe, c’est l’atelier de Valère Novarina qui se décline dans ces multiples recherches et perspectives.

Dans une interview au journal Le Monde en 2009, le dramaturge d’origine suisse note:

« la force des sons avec leurs plis, leurs courants souterrains, leurs pressions, telle une matière géologique ». Sur une scène, « le verbe est acteur, le verbe agit, déclare-t-il ».

Dès l’enfance passée dans les Alpes, son "oreille, dit-il, a été nourrie de paysages » et son imaginaire de théâtre forain".

Dans le texte qui ouvre le séminaire avec Philippe Manoury, Valère Novarina joue donc des sons, des rythmes, du souffle, de la peinture qu’il pratique, du toucher et d’un art comme de la « couture » - son texte est un tissage de notes anciennes et récentes qui nous introduisent au cœur de la création d’une langue qui veut « inventer une littérature pariétale ». Il met en avant la « respiration » et dans le dialogue qui suit entre l’homme de théâtre passionné de musique et le compositeur fasciné par les langages et qui joue des textes dits et des textes chantés, la respiration revient.

Dans une autre interview, Valère Novarina explique :

« Je ne raconte jamais l’histoire aux acteurs. C’est à eux de la découvrir, comme au cirque : le spectacle se fait à vue, dans l’instant, sans filet. La parole, la voix, la chair viennent éclairer l’intelligence du texte. La dynamique s’effectue dans le mouvement, comme dans une partition de musique. »

Ce matin, ses notes l’amènent à cette phrase qui clôt son texte dit :

« la musique ouvre l’espace où se joue la pensée. »

Dans L'Express, en 1999, le dramaturge revient sur ses créations liées à la musique:

« Après Le Repas, spectacle très chantant réalisé pour la radio sur les musiques à l’accordéon de Christian Paccoud, j’ai eu envie de m’attaquer à une opérette. C’est un genre que j’aime beaucoup : j’ai vu Fifi avec Bourvil ou Le Prince de Madrid avec Luis Mariano, aussi bien que l’opérette Un de la Canebière, de Vincent Scotto. Il me paraît très important qu’une langue soit non seulement parlée m ais aussi chantée. Les 600 disques de chansons au milieu desquels je vis constituent, à mes yeux, un véritable trésor littéraire. »

Dans le texte qui accompagne son Opérette imaginaire, Valère Novarina écrit:

«Le temps avance par irruption de personnages rythmiques – affublés d’un air animalesque ou trop humain, ils entrent, traînant ritournelles et romances. L’action avance par secousses de l’espace : le public vient voir se percuter des sentiments, s’entrechoquer la vie ».

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 2 juin 2017, pour le séminaire de Philippe Manoury en compagnie de Valère Novarina, aujourd’hui "Organisation temporelle dans la narration »

Pour prolonger:

Le site de Valère Novarina et la présentation Disparaître sous toutes les formes, Cahiers de l’abbaye sainte-croix, 2017.

Le blog de Philippe Manoury

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Extrait, Le Repas de Valère Novarina

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Valère Novarina et Christian Paccoud, festival de La Voix est Libre au Théâtre des Bouffes du Nord, 2013.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bibliographie

L'invention de la musique

L'invention de la musiqueCollège de France / Fayard, 2017

Intervenants
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......