LE DIRECT
Page tirée de la Bible hébraïque de Joseph Assarfati, manuscrit de 1299, Bibliothèque nationale de Lisbonne, document extrait de "La Bible : une encyclopédie contemporaine" (Bayard)
Épisode 3 :

L'histoire du canon tripartite et du texte biblique

59 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi s’arrêter à Moïse et non à la conquête de la terre promise pour délimiter les 5 premiers livres de la Bible ? demande le théologien Thomas Römer.

Page tirée de la Bible hébraïque de Joseph Assarfati, manuscrit de 1299, Bibliothèque nationale de Lisbonne, document extrait de "La Bible : une encyclopédie contemporaine" (Bayard)
Page tirée de la Bible hébraïque de Joseph Assarfati, manuscrit de 1299, Bibliothèque nationale de Lisbonne, document extrait de "La Bible : une encyclopédie contemporaine" (Bayard) Crédits : J. Assarfati/BN Lisbonne/Bayard

Pourquoi le Pentateuque, qui réunit ces 5 premiers livres, l'a-t-il emporté sur l’Hexateuque, qui réunissait 6 livres dans l’organisation de la Bible et quel en est l’enjeu idéologique ?

Quelles sont les proto-écritures et la diversité de la Bible ? Que peut-on dire de l’histoire des canons bibliques ?

Thomas Römer, titulaire de la chaire des Milieux Bibliques, ancien Doyen de la Faculté de Théologie de l’université de Lausanne, nous entraîne dans une grande enquête au cœur des textes bibliques, mais aussi dans la perspective des dernières découvertes archéologiques dans le cadre de sa nouvelle série intitulée « Naissance de la Bible. Anciennes et nouvelles hypothèses ».

Depuis les cours précédents, Thomas Römer a introduit les difficultés à dater les textes et le long processus qui mène à l’organisation des différentes sources et aux canons bibliques.

Il a contribué au stimulant et très bel ouvrage collectif, intitulé La Bible : une encyclopédie contemporaine : origines, archéologie, traductions, découvertes, publié chez Bayard en 2018. A propos de la formation des canons de la Bible, le philologue-exégète souligne :

Le canon tripartite de la Bible hébraïque – la Torah (le Pentateuque), les Prophètes et les Écrits –, qui deviendra avec différentes modifications l’« Ancien Testament » des Églises chrétiennes, ne s’est constitué qu’aux premiers siècles de notre ère. 

Il est possible de saisir assez précisément le début de la fixation d’un corpus biblique, à savoir le Pentateuque, dont une première version a été promulguée entre 400 et 350 av. J. C. Cette mise en commun des différentes traditions narratives, rituelles et législatives, qui deviendra le fondement du judaïsme naissant, n’a cependant pas été « inventée » à cette époque. Les textes bibliques ont une préhistoire qui a commencé quelques siècles avant cette date. 

Thomas Römer rappelle également :

Les débuts de la mise par écrit des premiers textes bibliques sont à situer aux alentours du VIIIe et VIIe siècle av. J. C. Durant cette époque, les royaumes d’Israël et de Juda se trouvèrent sous occupation assyrienne. En 722, les Assyriens détruisent Samarie, la capitale d’Israël, et incorporent le royaume du Nord dans le système des provinces assyriennes. La fin du royaume du Nord signifie un essor pour Jérusalem dont l’étendue et la population s’accroissent énormément. 

Des réfugiés de l’ancien royaume du Nord apportent peut-être dans leurs bagages des rouleaux des traditions qui existaient dans les sanctuaires d’Israël ; l’épopée de Jacob, la narration de l’exode, et sans doute aussi des rouleaux contenant des oracles des prophètes Amos et Osée, qui avaient probablement été conservés dans le sanctuaire de Béthel. 

La reconstruction littéraire du contenu exact de ces écrits est impossible. Tous ces rouleaux connurent une nouvelle édition à Jérusalem dans une perspective judéenne. 

Alors comment est-on passé de l’écriture phénicienne à l’écriture araméenne, dite carrée ? Quels étaient les supports pour écrire ? Quel est l’apport des textes massorétiques ? Sur quels textes travaille-t-on ?

Mais avant de plonger dans l’analyse des manuscrits, pourquoi la Torah fut-elle compilée exclusivement à Jérusalem ? Pourquoi y a-t-il deux options différentes pour délimiter la Torah, les 5 premiers livres de la Bible juive ?  

Nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 28 mars 2019 pour le cours de Thomas Römer, « Naissance de la Bible. Anciennes et nouvelles hypothèses » aujourd’hui « L'histoire du canon tripartite - et - du texte biblique ».

Pour prolonger 

  • Thomas Römer  vient de publier avec l’archéologue Israël Finkelstein Aux origines de la Torah. Nouvelles rencontres, nouvelles perspectives (chez Bayarden 2019). 
  • Il a également contribué au stimulant et très bel ouvrage collectif, à la riche belle iconographie, La Bible, une encyclopédie contemporaine. Origines, archéologie, traductions, découvertes (Bayard, 2018)
  • Sur des dessins de Léonie Bischoff, il a également publié Naissance de la Bible : comment elle a été écrite, aux éditions Le Lombard, Collection La petite bédéthèque des savoirs
Intervenants
  • Administrateur du Collège de France et Professeur titulaire de la chaire "Milieux bibliques"
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......