LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un modèle d'un mâle adulte de Néandertal, exposé dans le département des Origines Humaines au Musée Smithsonian d'Histoire naturelle à Washington, D.C.
Épisode 5 :

Jean-Jacques Hublin : Biologie des Néandertaliens

59 min
À retrouver dans l'émission

Néandertal, homme robuste au gros cerveau nécessitant beaucoup d’énergie était-il un « hyper-carnivore » ? Les dernières découvertes scientifiques nuancent-elles l’approche de ce grand prédateur, peut-être plus omnivore qu’on ne pense selon la saison ?

Un modèle d'un mâle adulte de Néandertal, exposé dans le département des Origines Humaines au Musée Smithsonian d'Histoire naturelle à Washington, D.C.
Un modèle d'un mâle adulte de Néandertal, exposé dans le département des Origines Humaines au Musée Smithsonian d'Histoire naturelle à Washington, D.C. Crédits : Tim Evanson via Wiki Commons

Dans le pléistocène, les mammifères sont 20% plus gros et les espèces humaines n’échappent pas à cette belle corpulence. Comment Néandertal s’est-il adapté à son environnement et au climat par son anatomie et sa morphologie ?

Jean-Jacques Hublin, professeur invité au Collège de France, titulaire de la chaire, Paléoanthropologie, poursuit son exploration de l’évolution de Néandertal et de ses différences avec Homo Sapiens. Le chercheur qui dirige le département d’évolution de l’homme de l’Institut Max Planck de Leipzig en Allemagne, où l’approche interdisciplinaire, entre généticiens, climatologues, paléontologues, biologistes, primatologues et linguistes fait merveille, inscrit son cours au cœur de la révolution technologique et des découvertes les plus récentes qui corrigent bien des idées reçues et affinent le portrait et la connaissance de nos lointains ancêtres.

Parmi les représentations à remettre en contexte, il règle tout de suite la question de l’ADN. Certes, celui des Néandertaliens est à 99,7% identique à celui des hommes actuels, mais notre ADN est aussi identique à celui d’une souris à 92%. Plus intéressante est la question de la différence des phénotypes avec l’homme actuel.

Dans Sciences et avenir, le paléoanthropologue critiquait en 2008 le :

"fantasme d'un âge d’or du paléolithique, au cours duquel les hommes auraient été des pacifistes et des écologistes gérant leurs ressources. Ils n'ont été ni l'un ni l'autre. La perception est la même vis-à-vis des derniers chasseurs-cueilleurs subsistants alors que des travaux récents montrent qu'ils ne sont pas exempts ni de violence ni de hiérarchie. Les néandertaliens, apparus presque en même temps que les ours des cavernes, les ont chassés, mais ont cohabité avec eux pendant 300.000 ans. Ces ours n’ont disparu qu'après la colonisation de l'Europe par Homo sapiens, même si cela a pris quelques milliers d'années. Ce n'est pas le côté le plus sympathique de notre espèce, mais dans les faits, l'expansion d’Homo sapiens a conduit à l’extinction de nombreux grands mammifères, y compris d’autres espèces humaines”.

Nous découvrirons aujourd’hui les grottes où les Néandertaliens ont amoncelé, pour leur part, une grande masse d’os de rennes, dévorant jusqu’au moindre morceau de moelle de cet animal.

Si Néandertal, comme Homo Sapiens est un grand prédateur, Jean-Jacques Hublin, souligne dans une interview donnée au journal Libération en 2008, cependant qu’il :

« n ’exploitait pas toutes les ressources de son territoire de façon aussi intensive. Pour des raisons physiologiques, il avait besoin d’un fort apport d’énergie, qu’il se procurait en chassant les grands mammifères. Et comme tous les carnivores, les Néandertaliens n’étaient jamais très nombreux sur un territoire déterminé. »

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, pour le cours de Jean-Jacques Hublin, intitulé « Biologie des Néandertaliens » le 17 novembre 2015.

Intervenants
  • Paléoanthropologue, professeur au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig, titulaire de la chaire Paléoanthropologie au Collège de France.
L'équipe
Réalisation
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......