LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Employés de Sotheby's posant devant  «l'amour est à la poubelle» de Banksy, (12/10/2018). L'oeuvre était intitulée, "Girl with Balloon" avant sa destruction partielle par 1 broyeuse intégrée dans le cadre du tableau, lors de la vente d'art, le 5 oct.
Épisode 12 :

Pression, retouches, dégoût... la question mouvante de l'achèvement

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment la pression de l’échéance, de la deadline, agit-elle sur l’inventivité et la créativité ? s’interroge le sociologue Pierre-Michel Menger. Peut-on être créatif quand les pressions externes sont fortes, que ce soit en entreprise ou dans le monde artistique ?

Employés de Sotheby's posant devant  «l'amour est à la poubelle» de Banksy, (12/10/2018). L'oeuvre était intitulée, "Girl with Balloon" avant sa destruction partielle par 1 broyeuse intégrée dans le cadre du tableau, lors de la vente d'art, le 5 oct.
Employés de Sotheby's posant devant  «l'amour est à la poubelle» de Banksy, (12/10/2018). L'oeuvre était intitulée, "Girl with Balloon" avant sa destruction partielle par 1 broyeuse intégrée dans le cadre du tableau, lors de la vente d'art, le 5 oct. Crédits : Photo de Jack Taylor / Getty Images - Getty

Quel serait un raisonnement pragmatique sur l’achèvement ? Pourquoi Picasso se faisait-il filmer ? Qu’est-ce qu’être rincé par l’achèvement d’une œuvre ? Comment les créateurs traitent-ils de la valeur d’achèvement et de l’élasticité de ses usages dans la création artistique ?

Directeur d'études à l'EHESS et professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Sociologie du travail créateur, Pierre-Michel Menger achève aujourd’hui sa grande exploration du Travail et processus de création dans le cadre de sa série intitulée "Comment achever une œuvre ?" Il nous livre ses conclusions provisoires… cette grande enquête étant promise à une suite…

En fin de cours, le sociologue nous livre un passionnant échantillon de réponses à la question « Quand sais-tu qu’une œuvre est achevée ? »- question qui a été posée dans une série d’entretiens menés par les écrivains Coline Pierré et Martin Page avec 31 artistes, auteurs, majoritairement écrivains, et qui sont recueillis dans le livre Les artistes ont-ils vraiment besoin de manger ?  Collectif (éd. Monstrograph).

Le sociologue reprend et cite différents cas, comme le fait de remettre en cause la notion d'achèvement. Ainsi Audrey Alwett (36 ans, écrivaine, scénariste de BD, romans de jeunesse et de SF, plusieurs prix) déclare : 

"J’ai toujours envie de retoucher mes livres. Même quand je relis un bouquin publié depuis longtemps, je me retiens de refaçonner certaines phrases, de les nettoyer de quelques mots … Je suis comme un chien incapable de lâcher son os. A ce moment, je suis obligée de prendre la décision de m’arrêter, sans quoi, je continuerais indéfiniment"

Autre cas, "l’œuvre est achevée quand l’artiste ressent des symptômes d’épuisement, voire de détestation de l’œuvre"

Ainsi Justine Niogret (auteure de fantasy et de romans noirs, traductrice, plusieurs prix littéraires) indique : 

"Quand elle me fait chier. Elles puent le cadavre quand elles durent trop longtemps. J’aime les finir vite, avant que ça moisisse. Je n’ai pas de douleur à la fin d’un livre".

Les cours de Pierre-Michel Menger sont présentés sur deux heures au Collège de France. La première partie de ce cours, hier, a introduit les enjeux de la sociologie processuelle et d’une conception processuelle du temps… Elle s’est achevée sur une exploration sémantique des verbes d’actions et d’état. Pierre-Michel Menger a indiqué :

« nous obtenons donc la caractérisation suivante du temps processuel pour la catégorie de l’accomplissement :

- c’est un temps non homogène, autre nom d’un processus qui est durable mais dont l’extension dans le temps n’est pas nécessairement linéaire ou continue. On peut travailler à une œuvre de manière discontinue, on ne peut pas courir un 100 mètres de manière discontinue, un jour 20 mètres, le lendemain 50 autres. Ou alors on parle d’autre chose que de courir une course

- c’est un temps avec une butée, un terme – le processus doit s’achever sur un résultat qui n’est pas prescrit comme le terme d’une mais contractualisé et générateur d’espérance de gains, une fois l’œuvre produite et qui peut donner lieu à une qualification progressive de la terminaison (j’ai fini ou je n’ai pas fini de peindre cette toile)."

Nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 5 avril 2019, pour le cours de Pierre-Michel Menger, Aujourd’hui "Processus, typologies et cas. Conclusions (provisoires)"

Autour de l'image en Une :

Certains ont glosé sur la valeur de l'oeuvre de Banksy partiellement détruite par un mécanisme "déchiqueteur", installé par l'artiste lui-même. Modifiée en direct, la délicate "fille au Ballon" est devenue "L'amour est à la poubelle". Quand les Allemands ont exposé cette nouvelle version de l'oeuvre, rapporte France TV Info, ils ont vérifié si le mécanisme de destruction intégré dans le cadre était bien désactivé...

"Love is in the bin" de Banksy : l'oeuvre autodétruite exposée en Allemagne

"Elle a sidéré le monde de l'art avec son "autodestruction" partielle lors d'une enchère : l'oeuvre "Love is in the bin", la célèbre toile du street artist britannique Banksy est exposée à partir de ce 5 février 2019 en première mondiale dans un musée allemand à Baden-Baden"

Intervenants
  • sociologue, titulaire de la chaire Sociologie du travail créateur au Collège de France
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......