LE DIRECT
Marcel Proust
Épisode 1 :

"L'Essai de Taine en mille fois moins bien"

59 min

"Suis-je un romancier ?" Se demande Marcel Proust dans son carnet de notes en 1908. L’écrivain interroge son œuvre en cours et pose la question, "faut-il en faire un roman, une étude philosophique ?". Antoine Compagnon ouvre une grande enquête sur la place des essais, études et articles chez Proust.

Extrait du Fonds Marcel Proust. I — ŒUVRES DIVERSES. XXVI "Contre Sainte-Beuve" et articles critiques/ Portrait de Marcel Proust (Paris, 1871-1922), par Jacques Emile Blanche (1861-1942).
Extrait du Fonds Marcel Proust. I — ŒUVRES DIVERSES. XXVI "Contre Sainte-Beuve" et articles critiques/ Portrait de Marcel Proust (Paris, 1871-1922), par Jacques Emile Blanche (1861-1942). Crédits : Gallica Bnf /Photo by DeAgostini/Getty Images/M.Moneghetti

Antoine Compagnon, titulaire de la chaire "Littérature française moderne et contemporaine , (Histoire, critique, théorie)", au Collège de France, nous plonge dans cette "hésitation" de Marcel Proust, entre le roman et la tentation des essais, dans le cadre de sa série intitulée "Proust essayiste". 

En 1919, entre consécration et scandale, l’auteur de la grande fresque, À la recherche du temps perdu, reçoit le Prix Goncourt, pour son deuxième volet, À l’ombre des jeunes filles en fleurs. Un siècle plus tard, alors que l’on célèbre ce prix et l’œuvre de Marcel Proust, Antoine Compagnon nous installe à la fois dans les articles « avant et après La recherche », mais aussi dans les essais qui sont à la fois dans le roman et hors du roman.

Antoine Compagnon, ancien polytechnicien, « converti » par Roland Barthes, à la littérature », selon la formule de Marc Fumaroli, lorsqu’il intronise ce spécialiste de Montaigne et de Proust au Collège de France, convoque aujourd’hui son illustre prédécesseur, un Roland Barthes qui théorise chez Proust, « l’invention d’une tierce forme », mais aussi le philosophe Paul Ricoeur, qui se demande comment l’œuvre littéraire dans le roman moderne peut être « attirée dans le voisinage de l’essai ».

Antoine Compagnon cite la correspondance de Proust autour de l'année fondamentale de 1908, pour la genèse de La Recherche. Il écrit à Anna de Noailles :

Je voudrais, quoique bien malade écrire une étude sur Sainte-Beuve. La chose s’est bâtie dans mon esprit de deux façons différentes entre lesquelles je dois choisir. [...] La première est l’essai classique, l’Essai de Taine en mille fois moins bien (sauf le contenu qui est je crois nouveau). La deuxième commence par un récit du matin, du réveil. Maman vient me voir près de mon lit, je lui dis l’idée que j’ai d’une étude sur Sainte-Beuve, je la lui soumets et la lui développe. Pouvez-vous me dire ce qui vous paraît le mieux.

Alors comment Marcel Proust en est-il arrivé à écrire un grand roman, à partir d’un projet d’essai contre Sainte-Beuve ? Quelle est la métamorphose ? 

La grande enquête s’ouvre aujourd’hui et va se déployer, chaque samedi et chaque dimanche, jusqu’à fin août. 

Nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France pour le cours d’Antoine Compagnon, le 8 janvier 2019, aujourd’hui « L’Essai de Taine en mille fois moins bien »

Autour de l'oeuvre de Marcel Proust :

  • Marcel Proust, À la recherche du temps perdu,Tome I. Édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié avec la collaboration de Florence Callu, Francine Goujon, Eugène Nicole, Pierre-Louis Rey, Brian Rogers et Jo Yoshida. Nouvelle édition, 1987, Bibliothèque de la Pléiade, n° 100. Tome II, Tome III(auquel a contribué Antoine Compagnon), tome IV. Le Coffret de quatre volumes vendus ensemble, réunissant des réimpressions récentes des premières éditions (1987, 1988, 1989)Édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, doit paraître le 5 Septembre 2019 (Bibliothèque de la Pléiade).

"'À la recherche du temps perdu', dont 'Jean Santeuil' et 'Contre Sainte-Beuve' sont l’esquisse, constitue la somme d’une époque : la IIIe République (jusqu’à la fin de la guerre de 1914-1918). C’est aussi l’aventure d’un homme à la conquête de sa vocation, d’où l’éloignent les tentations du monde et de l’amour. C’est enfin le roman de l’art et des artistes.Mais tout cela n’est rien : le langage inventé par Proust (1871-1922) est tour à tour architecture, peinture, musique et philosophie. Un oeil profond a opéré la synthèse wagnérienne du temps et des arts." (Jean-Yves Tadié)

Bibliographie

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......