LE DIRECT
San Diego (13.07.2011) Enseignants & étudiants de l'Université d'Harbin (Chine) vérifiant leur véhicule sous-marin autonome à la 14e éd. du concours annuel RoboSub organisé par l'Armée américaine co-financé par l'U.S. Office of Naval Research
Épisode 3 :

Introduction générale 2/2

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment les études doctorales représentent-elles la voie d’entrée des migrant de talents demande le sociologue Pierre Michel Menger. Les pays qui importent les talents sont-ils prédateurs ? Ou est-ce moins simple ? Comment fonctionne la sélectivité des immigrés de talents ?

San Diego (13.07.2011) Enseignants & étudiants de l'Université d'Harbin (Chine) vérifiant leur véhicule sous-marin autonome à la 14e éd. du concours annuel RoboSub organisé par l'Armée américaine co-financé par l'U.S. Office of Naval Research
San Diego (13.07.2011) Enseignants & étudiants de l'Université d'Harbin (Chine) vérifiant leur véhicule sous-marin autonome à la 14e éd. du concours annuel RoboSub organisé par l'Armée américaine co-financé par l'U.S. Office of Naval Research Crédits : Wikicommons / U.S. Navy photo by Rick Naystatt

Pierre Michel Menger, titulaire de la chaire de Sociologie du travail créateur, directeur d'études à l’EHESS, après des études de philosophie et un doctorat de sociologie, est entré au Centre national de la recherche scientifique puis à l'École des hautes études en sciences sociales, où il a dirigé le Centre de sociologie du travail et des arts, dans une démarche pluridisciplinaire. 

Il a rapproché "la sociologie de l’économie, du droit et de l’histoire pour chercher à renouveler, explique-t-il l’analyse théorique et empirique du travail, des marchés et des modèles d’acteur dans les sciences sociales". 

Sur deux années, le sociologue propose d'"interroger le talent ? Et de réaliser des Éléments de physique sociale des différences et des inégalités". Il s'est expliqué dans le cours précédent (au tout début) sur le retour du "vocabulaire" de la "physique sociale".

Au moment de sa Leçon inaugurale en 2014, il était rappelé au Collège de France que "ses  recherches,  son  expertise  et  son  approche  ont  aujourd’hui  des  résonances  toutes  particulières  face  à  l’évolution  du  travail  et au  plus  près  des  défis  des  sociétés  contemporaines".

Ces «  sociétés  sont vouées  à  l’invention  et  à  l’innovation, soulignait Pierre-Michel Menger et la  créativité  et  l’intelligence des actes de travail sont de plus en plus mis en avant, les qualités attachées aux tâches non routinières ont  une valeur croissante, la teneur du travail en savoirs et en qualités complémentaires des innovations techniques semble  être le nouveau modèle de croissance et pourtant la valeur formatrice du travail même est plus inégalement distribuée  que sa rémunération".

Ces inégalités sont au coeur des interrogations autour des enjeux sociaux et économiques de la valeur talent. Le sociologue cite son collègue au Collège de France, Pierre Rosanvallon, titulaire de la Chaire d'Histoire moderne et contemporaine du politique :

"la mobilisation de l’ouvrier‐masse de l’ère fordiste a cédé la place à une valorisation  des capacités individuelles d’adaptation et d’innovation, et les qualités de réactivité ont supplanté le sens de la discipline.  Les  caractéristiques  du  travail  créateur  peuvent  donc  puissamment  éclairer  le  fonctionnement  d’une  société  fondée  sur  l’innovation et la connaissance. Elles permettent aussi d’en appréhender à la façon d’un miroir grossissant les pathologies :  nouveaux régimes d’inégalités, forme de pressions inédites ..." 

Comment la migration des talents participe-t-elle de la mondialisation du travail ? La chine s’est-elle fait financer la formation de ses ingénieurs par les Etats-Unis ? Que pouvons-nous apprendre des mouvements migratoires des étudiants et des travailleurs qualifiés et hautement qualifiés dans une économie mondialisée qui joue de la croissance par l'innovation? Nous plongeons tout de suite dans l’analyse d’un rapport de l’OCDE de 2008 qui aborde les migrations de talent pour le cours de Pierre-Michel Menger donné au Collège de France le 27 janvier 2017. 

Pour prolonger : 

La leçon inaugurale de Pierre-Michel Menger a été publiée chez Fayard en 2014, sous le titre, La différence, la concurrence et la disproportion : sociologie du travail créateur. Elle est également disponible en édition numérique.

La même année a été éditée en poche en Points Seuil, son ouvrage, Le travail créateur : s'accomplir dans l’incertain

Pierre-Michel Menger a dirigé avec Simon Paye aux éditions du Collège de France, Big data et traçabilité numérique : les sciences sociales face à la quantification massive des individus

Intervenants
  • sociologue, titulaire de la chaire Sociologie du travail créateur au Collège de France
L'équipe
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......