LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Ismaël Ier (1487 - 1524), Shah de la Perse de 1501 à 1524 et fondateur de la dynastie des Séfévides. Tableau peint par Cristofano dell'Altissimo (1525–1605)
Épisode 3 :

Les marchands iraniens

59 min
À retrouver dans l'émission

Comment les rois d’Hurmuz contrôlent-ils le commerce entre le monde iranien et le monde indien aux XIV-XVe siècles ? Comment les Iraniens du Sud ont-ils traversé l’océan Indien et ont-ils constitué un réseau de 'marchands longue distance' ? S’interroge Sanjay Subrahmanyam.

 Ismaël Ier (1487 - 1524), Shah de la Perse de 1501 à 1524 et fondateur de la dynastie des Séfévides. Tableau peint par Cristofano dell'Altissimo (1525–1605)
Ismaël Ier (1487 - 1524), Shah de la Perse de 1501 à 1524 et fondateur de la dynastie des Séfévides. Tableau peint par Cristofano dell'Altissimo (1525–1605) Crédits : Wikipedia Commons

Et qui a travaillé avec les royaumes de Bijapur et de Golconda en Inde au XVIe siècle ? 

Historien polyglotte, Sanjay Subrahmanyam  se partage entre l’université de Californie et sa chaire d’Histoire globale au Collège de France, où il est professeur invité. 

Il explore, cette année, les Réseaux marchands et les empires à l'époque moderne, c’est-à-dire, les rapports entre le monde politique et le monde des négociants et autres commerçants, qui étendent leurs activités économiques au-delà des mers et sous d’autres cieux. 

Aujourd’hui, Sanjay Subrahmanyam s’attache aux marchands et seigneurs de la guerre iraniens qui ont poussé leurs activités de commerce jusqu’en Inde, et ont même tenté de gagner la Thaïlande et de faire du négoce avec le Japon !

Dans la préface de son livre, L’Eléphant, le canon et le pinceau, Histoires connectées des cours d’Europe et d’Asie (1500-1750), publié en 2016 chez Alma, Sanjay Subrahmanyam  revient sur son riche parcours fait de rencontres très diverses… Il écrit : 

J'ai reçu, il y a de cela un quart de siècle, une formation en histoire économique de l'Asie du sud et de l'océan Indien aux XVIe et XVIIe siècles mais, au fil des années, mes centres d'intérêts se sont élargis et diversifiés, tant sur le plan géographique que thématique. 

Les archives et les textes dont j'ai eu à me servir n’ont cessé d’augmenter en volume, même s’ils se limitaient généralement à une période allant de 1400 à 1850. (…) De nombreux historiens d'Amérique latine, de l'Asie orientale, du Moyen-Orient, de l’Asie du Sud-Est et d’Europe ont été mes interlocuteurs bienveillants, acceptant de partager matériel, questionnement, séminaires et projets.

Cette riche expérience ne cesse de nourrir les différents projets d’histoires connectées dont Sanjay Subrahmanyam est l’illustre porteur.

Cela posé, il rappelle que la compréhension de l’autre s’avère bien plus compliquée qu’une histoire de langues ou de langages. Et c’est à cette complexité qu’il nous introduit encore une fois, dans cette nouvelle série, consacrée aux réseaux marchands dans le monde à l’époque moderne.

Alors, comment les Portugais ont-ils identifié les marchands persans en Inde ? Comment réévaluer leur diversité sociale, quand les plus humbles sont absents des dictionnaires biographiques ? Qui était Mahmud Gawan connu par sa correspondance ? Et qui était Yusof Lari, grand marchand, entrepreneur et seigneur de guerre, homme fort, vénéré en Inde ? 

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 4 avril 2018.

Intervenants
  • Professeur à l'université de Californie à Los Angeles, professeur au Collège de France, Chaire Histoire globale de la première modernité.
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......