LE DIRECT
Face of Lord Buddha, head of curly hair, lips, almond shaped eyes, Pakistan or Afghanistan, Gandharan region, 1st–2nd century, stucco with traces of pigment, at the Art Institute of Chicago, Illinois, USA.
Épisode 3 :

A la recherche des premières traces du bouddhisme en Chine (3/8)

58 min
À retrouver dans l'émission

Qui était Ying, le demi-frère de l’empereur Ming, celui qui rêvait de Bouddha, sous la dynastie des Han? Quelles sont les régions où l’on pourrait trouver, dès le 1er siècle de notre ère, les premières traces matérielles visibles d’un possible bouddhisme en Chine? s'interroge Anne Cheng.

Face of Lord Buddha, head of curly hair, lips, almond shaped eyes, Pakistan or Afghanistan, Gandharan region, 1st–2nd century, stucco with traces of pigment, at the Art Institute of Chicago, Illinois, USA.
Face of Lord Buddha, head of curly hair, lips, almond shaped eyes, Pakistan or Afghanistan, Gandharan region, 1st–2nd century, stucco with traces of pigment, at the Art Institute of Chicago, Illinois, USA. Crédits : Wikicommons / Art Institute of Chicago

Nouvelle diffusion du 6 juin 2019

Quels sont les débats entre archéologues, historiens des religions et de l'art autour des mystérieuses sculptures gravées dans la roche du Kong Wang Shan ? Qu’est-ce qui relève du taoïsme ou du bouddhisme dans ces figures gravées?

Anne Cheng, titulaire de la chaire «Histoire intellectuelle de la Chine» nous propose de « décentrer la Chine », de questionner, du monde antique à aujourd’hui, la « prétention chinoise à l’universalité » et de sonder un « espace circulatoire plus large » où s’esquissent les interactions avec les grands voisins, l’Inde et le Japon, dans le cadre de sa série pluri-annuelle intitulée,  "Universalité, mondialité, cosmopolitisme - Chine, Japon, Inde".

Dans son ouvrage Histoire de la pensée chinoise, Anne Cheng explique :  

"Lorsque se manifeste dès le premier siècle après J.-C. les premiers signes d’une présence bouddhique en terrain chinois, on est au début d’un long et immense processus d’assimilation du bouddhisme indien par la culture chinoise, processus qui devait durer plusieurs siècles et avoir des répercussions profondes, voir insoupçonnées. Il faut rappeler que le bouddhisme fut, avant l’arrivée du christianisme, la première expression d’une spiritualité universelle en même temps que d’une culture étrangère à s’introduire dans une Chine qui venait de se constituer un sens très fort de son identité Han."

Dans les cours précédents, explorant les sources chinoises sur les premières apparitions du nom et des figures de Bouddha, tout en nous faisant entendre les belles sonorités de sa langue maternelles au travers de citations lues et commentées, Anne Cheng a rappelé les relations complexes entre les taoïstes et les premières formes de bouddhismes en Chine. 

Dans ces premiers temps du bouddhismes en Chine, assiste-t-on à des amalgames de croyances diverses ? Pourrait-on y distinguer aussi des premières traces chrétiennes? Quelle approche et quelles critiques peut-on faire des interprétations des illustres sculptures gravées du Kong Wang Shan

Mais avant de découvrir ces énigmatiques figures, retrouvons Ming et le "personnage intéressant" de son demi-frère Ying…

Et nous gagnons l’amphithéâtre du Collège de France, le 6 décembre 2018 pour le cours d’Anne Cheng , "Universalité, mondialité, cosmopolitisme - Chine, Japon, Inde - suite », aujourd’hui « A la recherche des premières traces du bouddhisme en Chine »

Intervenants
  • Sinologue, titulaire de la chaire « Histoire intellectuelle de la Chine » au Collège de France.
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......