LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Scène de la Colonne Trajane, représentant peut-être le quartier général de l'empereur Trajan pendant les Guerres daces, à Viminacium : D. Mantovani la cite pour illustrer l'échange entre Priskos et l'esclave affranchi qui vit à la cour d'Attila.
Épisode 11 :

À la cour d'Attila : le droit romain au miroir des Huns

58 min
À retrouver dans l'émission

Comment l’avocat Priskos de Panion répond-il à la critique d’une justice mal exercée, dans l’empire romain, au Ve siècle après JC? Quelles étaient les différences dans la condition des esclaves chez les Romains et chez les Huns? Le juriste Dario Mantovani nous entraîne dans un thriller historique.

Scène de la Colonne Trajane, représentant peut-être le quartier général de l'empereur Trajan pendant les Guerres daces, à Viminacium : D. Mantovani la cite pour illustrer l'échange entre Priskos et l'esclave affranchi qui vit à la cour d'Attila.
Scène de la Colonne Trajane, représentant peut-être le quartier général de l'empereur Trajan pendant les Guerres daces, à Viminacium : D. Mantovani la cite pour illustrer l'échange entre Priskos et l'esclave affranchi qui vit à la cour d'Attila. Crédits : Apollodorus of Damascus (sculpteur)/C. Cichorius (photo)/Wikicommons

Comment l’impôt a-t-il pu être perçu comme une injustice au temps des Romains ?

Dario Mantovani, Milanais d’origine est titulaire de la Chaire « Droit, culture et société de la Rome antique ». Cours après cours, il explore "tous les symptômes d'une conscience historique" chez les juristes dans le cadre de sa première série  au Collège de France, intitulée les "_Usages juridiques du passé, dans la pensée des juristes romains_".

Pour son avant-dernier cours, le juriste nous installe au cœur d’un thriller historique au Ve siècle après JC. Nous voici en 449, en présence d’un « ennemi redouté », Attila et de son peuple de féroces guerriers, les Huns, dans le cadre d’une ambassade romaine qui cache un complot. Dans ce cadre palpitant, où règne un péril constant, en terre étrangère, nous découvrons, un avocat narrateur, Priskos de Panion, notre grand témoin dans ce récit. Face à lui, un esclave affranchi, ancien marchand grec, sans doute victime du syndrome de Stockholm, selon Dario Mantovani.

[Cet homme a] "totalement adopté l’identité de ses maîtres", note le juriste.

Seule, lui reste, comme un "vestige" de son ancienne vie, la langue grecque qui va lui permettre d’échanger avec Priskos, "avocat hellephone".

Avant d’entrer dans l’analyse juridique de ce texte, Dario Mantovani nous présente comment ce récit nous est parvenu et le cadre très humain de cette histoire. 

Le dialogue entre l’avocat Priskos, défenseur du droit romain et l’esclave affranchi, critique des injustices au sein de l’Empire romain, nous révèle deux sociétés.  

"Priskos s’efforce de montrer les avantages du système romain par rapport à celui des Huns, dans un discours construit en miroir de celui du marchand", note Dario Mantovani.

Le juriste historien précise :

"L'éloge de l’état de droit par Priskos, – qui est une sorte de comparaison avec les Barbares, mais en réalité presque une auto-réflexion du monde romain par le biais de la rencontre avec des mœurs différentes – est d’autant plus remarquable qu’il se situe à l’époque de Théodose II, père du Code Théodosien."

Dans l'article qu'il consacre au "Droit Romain", dans Encyclopædia Universalis, le juriste Jean Gaudemet rappelle à propos de ce code  : 

« En 438, sur ordre de Théodose II, a été publié le Code théodosien qui groupait de très nombreux édits dont les plus anciens dataient de Constantin (le nombre exact n'en est pas connu, car aucun manuscrit complet de ce code ne nous est parvenu). Recueil officiel, le Code donnait la forme sous laquelle les textes devaient être commentés dans les écoles ou invoqués devant les tribunaux. »

Alors que nous apporte le récit par Priskos de son ambassade à la cour d’Attila, pour l’histoire du droit ?

Nous gagnons le Collège de France, le 29 mai 2019, pour le cours de Dario Mantovani, aujourd’hui «À la cour d'Attila : le droit romain au miroir des Huns ».

Intervenants
  • Juriste-historien, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "Droit, culture et société de la Rome antique", Directeur du Cedant – Centre des études et de la recherche sur les droits antiques, à l'université de Pavie.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......