LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Fragment d'un sarcophage, représentant un couple marié dans l'Antiquité romaine.
Épisode 4 :

Pacta sunt servanda. L'utilité et le droit, selon Épicure et ses interprètes latins

58 min
À retrouver dans l'émission

Pourquoi répétons-nous les "accords doivent être respectés"? S’interroge le juriste historien Dario Mantovani. Comment le poète-satiriste, Horace, critiquant au 1er siècle av JC, la conception de la justice élaborée par les stoïciens a-t-il développé la notion d' "utilité commune"?

Fragment d'un sarcophage, représentant un couple marié dans l'Antiquité romaine.
Fragment d'un sarcophage, représentant un couple marié dans l'Antiquité romaine. Crédits : British Museum/Wikicommons

Comment a-t-il inauguré pour ainsi dire matrice "du juste et du bien"?

Dario Mantovani a longtemps été professeur de droit romain à l'université de Pavie, où il a fondé le Cedant, le Centre des études et de la recherche sur les droits antiques. Il  a été nommé professeur au Collège de France, en 2018, titulaire de la Chaire « Droit, culture et société de la Rome antique ».  Dans le cadre de sa première série de cours au Collège de France, il propose d’étudier les "Usages juridiques du passé, dans la pensée des juristes romains".

Dario Mantovani poursuit son analyse des exemples marquant la démarche des "Anciens qui construisaient leur passé pour expliquer le présent".

Dans sa présentation du cours, le juriste-historien rappelle la formule latine « Pacta sunt servanda » :

"les accords doivent être respectés". Cette formule, encore d’actualité, résume le contenu d’une clause de l’édit que tout magistrat chargé d’une juridiction (préteur ou gouverneur) se devaient de faire respecter. Ce principe, tel que le commente Ulpien (D. 2.14.1.pr.), découle de la nature humaine ("fides humana"), mais en réalité fait l’objet d’une construction culturelle.

Dario Mantovani revient sur l’influence de Démocrite et propose une lecture au plus près de textes d’Horace.

Critiquant la conception de la justice élaborée par les stoïciens pour lesquels toutes les fautes méritent un même châtiment, note le juriste-historien, Horace développe la notion de "l’utilité commune, pour ainsi dire matrice du juste et du bien". 

La société, poursuit Dario Mantovani, ne peut se construire qu’à travers le respect de l’accord de ne pas se nuire mutuellement, en raison du besoin de protection réciproque (ce qui vaut également pour les rapports entre amis). La prémisse en est la création des liens familiaux (et des rapports entre hommes et femmes construits non sur le seul désir sexuel, mais également sur une solidarité – institutionnalisée dans le mariage – dont l’éducation des enfants est le point fort). Cet accord aboutirait – selon Horace – à la naissance des communautés civiques. Pour Épicure et ses épigones latins, le droit n’est donc pas inné, mais est le fruit d’une construction qui sert à garantir la sécurité réciproque. 

Cela posé, Dario Mantovani explique : 

Le jeune Cicéron, dans le prologue de son manuel de rhétorique De inventione, à la différence de la vision épicurienne, expose le motif stoïco-péripatéticien de l’homme sociable par nature, qui vit en communauté non tant pour être en sécurité que pour satisfaire son besoin de communiquer avec ses semblables (Aristote, Pol., 3.1278b.17-23). L’usage de la parole, en permettant l’établissement de normes juridiques, devient un catalyseur de la cité (même si des retours en arrière restent possibles et que l’éloquence peut aussi être facteur de désagrégation).

Nous gagnons le Collège de France, le 27 mars 2019, pour le cours de Dario Mantovani, aujourd’hui « Pacta sunt servanda ». L'utilité et le droit, selon Épicure et ses interprètes latins.

Intervenants
  • Juriste-historien, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "Droit, culture et société de la Rome antique", Directeur du Cedant – Centre des études et de la recherche sur les droits antiques, à l'université de Pavie.
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......