LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Épisode 9 :

Quand les juristes romains devinrent « anciens »

58 min
À retrouver dans l'émission

Qui étaient les "veteres", les juristes anciens par opposition aux juristes du présent dans la Rome Antique? Qui était Masurius Sabinus, juriste, au 1er siècle de notre ère? S’interroge Dario Mantovani. Comment marque-t-il la fin de l’antiquité et le début du présent de la jurisprudence romaine?

A quel moment commencer le monde d'aujourd'hui ne cesse de se demander chaque génération ?

Dario Mantovani est titulaire de la Chaire « Droit, culture et société de la Rome antique ». Cours après cours, il explore "tous les symptômes d'une conscience historique" chez les juristes dans le cadre de sa première série  au Collège de France, intitulée les "_Usages juridiques du passé, dans la pensée des juristes romains"_.

Dario Mantovani s’attache aujourd’hui à comprendre la notion collective, des « veteres » en latin, les « anciens », en Français. Il se demande pourquoi les juristes ont préféré l’adjectif vetus à antiquus, ces deux mots renvoyant au passé. Ecrivains et juristes romains ont cherché à définir leurs anciens, leurs classiques. C’est ici qu’intervient la figure charnière de Masurius Sabinus. Jean Gaudemet, professeur de droit, rappelle le parcours de Sabinus:

"juriste d'origine modeste, Sabinus n'arriva à la fortune suffisante pour être chevalier que vers la cinquantaine. Il fut le premier de cet ordre à obtenir de l'empereur le jus respondendi, c'est-à-dire le privilège de donner des consultations juridiques rehaussées de l'autorité impériale. Son traité en trois livres de droit civil, Libri tres juris civilis, servira de base et de plan aux grandes œuvres classiques sur cette matière, et ceux-ci, pour cette raison, s'intituleront Livres sur Sabinus".

Dario Mantovani nous explique aujourd’hui que :

les opinions de Masurius Sabinus formèrent une sorte de canon et que c’est à son époque que s’amorce la polarisation en deux « écoles », celle des Sabiniens et celle des Proculiens. L’époque augustéenne, temps de nombreuses nouveautés fournit d'ailleurs "un contexte favorable à cette rupture" note l'historien du droit. "Le droit est entré alors dans la sphère patronnée par le prince, à l’instar des arts. Sabinus, bien qu’il ne paraisse pas l’avoir revendiqué explicitement, fut conscient de ce tournant, comme le montre l’usage qu’il fait des termes d’antiquus/ antiquitas pour définir le rapport entre le présent et certaines institutions qu’il ressentait comme révolues..."

Alors comment les juristes romains sont-ils devenus « anciens » ? C’est la question et le titre du cours d’aujourd’hui. Nous gagnons tout de suite le Collège de France le 15 mai  2019 pour le cours de Dario Mantovani.

Intervenants
  • Juriste-historien, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire "Droit, culture et société de la Rome antique", Directeur du Cedant – Centre des études et de la recherche sur les droits antiques, à l'université de Pavie.
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......