LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un médecin assité d'une externe, d'une infirmière et d'un brancardier se préparent à transférer un malade dans le coma du service de réanimation vers la radiologie pour passer un scanner

Réanimateur médical, un exemple d’intranquillité

44 min

L’intranquillité dit Fernando Pessoa est le mémorial des limbes, entre vie et mort. Telle est la situation du réanimateur.

Un médecin assité d'une externe, d'une infirmière et d'un brancardier se préparent à transférer un malade dans le coma du service de réanimation vers la radiologie pour passer un scanner
Un médecin assité d'une externe, d'une infirmière et d'un brancardier se préparent à transférer un malade dans le coma du service de réanimation vers la radiologie pour passer un scanner Crédits : Eric Feferberg - AFP

Une émission proposée et présentée par René Frydman

En partenariat avec Le Quotidien du Médecin

René Frydman reçoit le professeur Didier Dreyfuss, chef du service de réanimation médico-chirurgicale de l’hôpital Louis Mourier de Colombes, et enseignant d’éthique médicale. Il participera au colloque Gypsy : L’intranquillité, déni ou réalité ? qui se tiendra les 9 et 10 décembre 2016 à la nouvelle faculté de Médecine, 45 rue des Saints-Pères à Paris (inscription obligatoire).

La proportion des belles victoires est de 75 à 85 % des patients. Mais la réanimation se préoccupe également de l’après : du travail sur les alarmes, du bruit, de l’environnement lumineux car la sortie de réanimation peut s’accompagner de séquelles psychiques, de troubles du sommeil. .. Une autre chose est prise en compte, l’ouverture du service à toute heure pour les visites de l’entourage qui semblent si importantes, et qui changent la relation des médecins aux proches du patient.

Les réanimateurs sont confrontés parfois à la vie maintenue artificiellement alors que le cerveau est détruit. Comment aborder cette période de fin de vie l’intranquillité de l’entourage des patients, de l’équipe soignante face à des pratiques discutables (euthanasie, accès à la sédation ou encore arrêt du traitement).

Didier Dreyfuss
Didier Dreyfuss Crédits : D.R.

Qu’est-ce qu’une personne de référence, comment lui parler avec tact, obtenir des informations, tenir compte de la volonté pas toujours exprimée par le patient.

Se posent alors en cas d’issue fatale inéluctable, les questions de dons d’organes : autre intranquillité pour les médecins et les familles. Ce n’est pas l’équipe soignante qui vient de s’occuper du patient qui peut discuter de cette question avec la famille mais une équipe de coordination des greffes. Cela ne supprime pas les interrogations sur ce nouveau rite de passage vie-mort-vie.

L’homme est le seul être vivant qui se sait mortel, la rencontre du religieux à ce moment clé est fréquente. Respecter les volontés dans un cadre laïc, l’hôpital, voilà aussi l’imprévu qui, en dehors des gestes techniques, interroge l’équipe médicale.

  • Le choix musical de notre invité

Psaume 8, à 5 voix, extrait des "Chants de Salomon" de Salamone Rossi

Intervenants
  • chef du service de réanimation médico-chirurgicale de l’hôpital Louis Mourier de Colombes
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......