LE DIRECT
Éclipse totale de soleil vue de Hao (Polynésie Française)

La grande éclipse ou la "Sécession douce" selon Jérôme Leroy

2 min
À retrouver dans l'émission

Dans son dernier roman, le romancier imagine une forme étrange d'apocalypse sociale : la disparition programmée.

Éclipse totale de soleil vue de Hao (Polynésie Française)
Éclipse totale de soleil vue de Hao (Polynésie Française) Crédits : Denys / Wikicommons

Imaginez un mixte entre Mortelle randonnée, film de Claude Miller et Bartleby l'écrivain, la mythique nouvelle d'Herman Melville, vous toucherez ainsi au trouble profond que suscite le tout dernier roman de l'écrivain Jérôme Leroy, Un peu tard dans la saison (La Table ronde), récit où se mêle une traque fiévreuse (et amoureuse) ainsi qu'une figure peu commune de la désobéissance civile : l'abonné absent. 2015 : dans une France contemporaine en pleine panique politique et crise sociale se répand un mal étrange, l'Éclipse, caractérisé par une disparition programmée, un abandon de poste, une soustraction méthodique à toute présence et activité dans le réseau social. À l'image du Bartleby de Melville, les victimes, et elles sont des milliers à tous les niveaux de la société, s'absentent du jeu public, déclarant : "tout compte fait, non, ça ne me dit plus, je ne marche pas.", partant loin de chez elles se reconvertir, anonyme, dans une autre activité. L'affaire nous est contée sous la forme d'un récit d''espionnage quotidien, celui d'un écrivain, Guillaume Trimbert, par une jeune capitaine des Services secrets (un des mondes-fétiche de Jérôme Leroy), Agnès Delvaux, dont la traque tourne peu à peu à la fascination amoureuse. Entre thriller d'espionnage, méditation mélancolique sur le crépuscule de l'Histoire et dystopie feutrée, Jérôme Léroy, une fois encore, mêle les genres, brouilles les cartes et revitalise le récit d'énigme.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......