LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

La lanceuse d'alerte Frances Haugen aura-t-elle la peau de Facebook ?

1 min
À retrouver dans l'émission

Dans la foulée d'une panne majeure sur tous les services de Facebook, la lanceuse d'alerte Frances Haugen a enfoncé le clou au Congrès.

.
. Crédits : Malte Mueller - Getty

Il y a quelques années encore, des journalistes américains se moquaient de certains élus républicains et démocrates qui ne comprenaient pas le modèle économique des géants de la technologie. Depuis hier soir, ces élus américains ont rattrapé leur retard. "Vous êtes une héroïne du XXIème siècle, qui a averti notre pays des dangers que courent notre jeunesse et notre démocratie." Voilà comment Ed Markey, sénateur démocrate a salué l’exposé de la lanceuse d’alerte Frances Haugen sur les pratiques de Facebook, hier soir au Sénat. Pendant plus de trois heures, l’ex-chef de produit de Facebook qui a quitté l’entreprise en mai dernier a étrillé les pratiques du réseau social : “je suis ici parce que je pense que les produits de Facebook blessent nos enfants, sèment la division et affaiblissent notre démocratie,” a-t-elle dit d’emblée. Avant de s’attaquer aux algorithmes : "les algorithmes sont très forts, dans le sens où ils trouvent les choses que veulent les gens pour rester sur la plateforme. Et malheureusement, dans le cas des adolescentes, ils développent des spirales. Les enfants utilisent Instagram pour s'apaiser mais sont du coup exposé à de plus en plus de contenus qui les font se détester eux-mêmes," a déclaré France Haugen, qui préconise que l'âge légal pour être sur Facebook soit ramené à 17 ans. 

Frances Haugen a poussé le Congrès à exiger de Facebook qu’il révèle davantage d’études réalisées en interne. Une manière de pousser les élus américains à être le plus pointu possible avant de prendre une décision. Cette nuit, Mark Zuckerberg, présenté comme le grand ordonnateur des algorithmes, a nié les accusations de Frances Haugen. En attendant l’action Facebook a repris deux points à la bourse de New York. Et les commentateurs prudents se souviennent que la mort de Facebook a déjà été annoncé au moins quatre fois en dix ans : en 2013, une étude européenne déclarait Facebook “mort et enterré parmi les adolescents.” L’année suivante, des chercheurs de l’université de Princeton prédisaient au réseau une perte de 80% de ses abonnés. En 2019, encore, The Guardian assurait que le nombre de partages et de likes déclinait sensiblement sur Facebook à cause de questions de confidentialité. Depuis, le cours de l’action Facebook a été multiplié par deux.

L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......