LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

Cryptos, NFTs : les réseaux sociaux en terrain miné

2 min
À retrouver dans l'émission

Qu'ont à voir les réseaux sociaux avec le fourmillement autour de la technologie blockchain ?

.
. Crédits : Andriy Onufriyenko - Getty

Donner des pourboires aux “créateurs” de contenu, c’est désormais possible sur Twitter qui décrit ces pourboires comme une marque d’adhésion à des tweets “hilarants”, "une aide pour des petits entrepreneurs traversant un passage à vide” ou un soutien à une cause importante. Ces pourboires, qui pourront être versés en bitcoin, montrent le grand intérêt de Twitter et de son PDG Jack Dorsey pour les cryptomonnaies. Déjà en mars, il avait organisé une vente aux enchères pour monétiser son premier Tweet, daté de 2006, sous forme de NFT (non fungible token ou jeton non fongible car porteur d’une valeur propre). Comme pour l’art, chacun peut le reproduire, mais seule une personne peut être propriétaire de l’original.

Et les célébrités qui font de la pub pour l’art numérique rétribué en bitcoins sont de plus en plus nombreuses. La semaine dernière, le rappeur américain Snoop Dogg a dévoilé qu'il était derrière le pseudo Twitter 'Cozomo de Medici', un enthousiaste d'art numérique qui possède des NFTs pour une valeur de $ 17 millions (notamment en figurines CryptoPunks). Dimanche soir, c’était au tour de Booba d’annoncer la sortie d’un morceau sous forme de NFT.

Profitant de l’emballement général, Facebook adapte aussi ses produits. Le réseau social lance cette année l’application Novi, qui servira de rampe de lancement à son nouveau projet de monnaie numérique, le Diem. Parmi les parties prenantes du Diem : Spotify, Iliad (la maison mère de Free) et Uber. Du point de vue des autorités monétaires classiques, ces réseaux sociaux qui encouragent le recours à des solutions de paiement décentralisées, commencent à ressembler à des Etats parallèles - sauf que les réseaux ne protègent pas vraiment les utilisateurs de cryptomonnaies : pas de règles prudentielles ni de prêteur en dernier ressort...

La Chine, après une phase de tolérance, a réprimé tout usage de cryptomonnaies au cours de cette année. Mais Pékin, prudente, lancera sa propre monnaie numérique. Même chose en Europe, ou la banque centrale européenne veut réguler l’usage de bitcoins et co. pour éviter que les paiements transfrontaliers soient dominés par des acteurs non identifiés. Surtout, la BCE promet un euro digitalisé permettant des paiements sécurisés sans l'intermédiaire de Visa ou MasterCard : il y aura ainsi bientôt un e-euro.

L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......