LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un prêtre philippin réalise une vidéo pour le réseau social TikTok

Réseaux sociaux, nouvelle terre de mission

2 min
À retrouver dans l'émission

Des particuliers et des dignitaires ecclésiastiques exposent leur foi sur les réseaux sociaux. Jusqu'où peut aller cette conversion à la toile ?

Un prêtre philippin réalise une vidéo pour le réseau social TikTok
Un prêtre philippin réalise une vidéo pour le réseau social TikTok Crédits : Jam STA ROSA - AFP

Aujourd’hui, les réseaux sociaux, nouvelle terre de mission, avec d’abord un prêtre qui fait le buzz sur TikTok. C’est le "père Matthieu", curé de Joigny dans l’Yonne. Fin août, cet adepte du réseau social des jeunes répondait à la question si "être homosexuel, c’est pêché." Dans sa vidéo explicative, il précise que rien dans les écritures saintes ne s’oppose à l’homosexualité. Diplômé d’une école de commerce, le père Matthieu a le sens de la communication. Sa chaîne TikTok dénombre 630 mille abonnés et le nombre de likes à ses postes se compte en dizaines de millions. En fait, il dialogue surtout avec ses abonnés, en répondant à leurs questions : comme “je suis transgenre, est-ce que je peux encore être considéré comme enfant de Dieu ?” ou “Dieu est-il conservateur ou progressiste ?”

Fin aout, la Conférence des Evêques de France a affirmé désapprouver certaines de ces vidéos, qui dénaturent le message de l’Eglise, ajoutant "que leur succès d’audience ne signifie pas qu’elles soient justes.” L’église de France veut encadrer les pratiques sur TikTok, comme l'indique l’abbé Pierre-Hervé Grosjean, co-fondateur de la chaîne YouTube Padreblog dans une tribune pour La Croix:

"donnons des règles très simples aux prêtres pour les réseaux : ne pas être dans la critique, évoquer des choses en lien avec son ministère, être bienveillant, jamais polémique, ne pas y passer un temps démesuré…”

Le développement des contenus religieux sur les réseaux sociaux est lié à la pandémie : pendant le confinement, les prêches en ligne se sont démultipliés. C’est un phénomène mondial qui touche toutes les religions, et souvent un moyen d’exposer sa croyance en montrant comment les prêcheurs la vivent au quotidien.

Sur TikTok, ilhan.st, un jeune français d’origine turque de 18 ans raconte sa vie et diffuse à ses 280 mille abonnés des messages bienveillants sur sa foi musulmane. Il apparaît jovial, en gros plan, déclarant qu’il n’est pas contre les mariages métissés, et ajoute à l’adresse de ses contemporains : « mort de rire, les mecs qui s’attaquent aux sœurs voilées en leur disant qu’elle sont censées représenter l’islam alors que frère, tu t'appelles Mohamed, tu sors avec plein de meufs et tu vends en bas de ton bloc. »

D’une manière générale, sur TikTok, le hashtag #islamtiktok totalise 113 millions de vues contre 32 millions pour le #catholique, certes écrit en français.

Ce succès n’a pas échappé à Facebook qui désormais intensifie ses partenariats formels avec des groupes religieux. La firme américaine développe des applications dédiées pour les différentes communautés, au risque de transformer les croyants en consommateurs et d’exploiter leurs données privées. Mais sur ces différentes questions, une des responsales de Facebook, qui s’exprimait dans le New York Times en juillet dernier, se veut rassurante : 

“les réseaux sociaux et les groupes croyants s’assemblent naturellement, les deux sont ancrés dans la même idée de connexion.” 

L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......