LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

#Striketober : les ouvriers plantent leur pancarte sur les réseaux

1 min
À retrouver dans l'émission

Un mouvement gréviste d'ampleur inédite secoue les Etats-Unis. Galvanisés par une inversion des rapports de force entre travailleurs et employeurs, les grévistes montent au créneau, et prennent pied sur les réseaux sociaux.

.
. Crédits : SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

Aux Etats-Unis, la grève d'une génération se propage via les réseaux

Quelque chose d’inhabituel est en train d’avoir lieu en Amérique : des dizaines de milliers de salariés, fatigués par de longues heures de travail pendant la pandémie et frustrés face aux profits de leurs employeurs, ont engagé des mouvements de grève cet automne.

Sur les réseaux sociaux est apparu le mot "Striketober", contraction de "strike" (grève) et "October" (octobre). Le hashtag s’est popularisé grâce à la star de l'aile gauche du parti démocrate, Alexandria Ocasio-Cortez, qui a donné des conseils aux grèvistes : constituez un fond de soutien, et surtout ne franchissez pas les piquets de grève. La solidarité est une vertu, a conclu AOC sur Twitter.

24.000 employés du groupe de santé Kaiser Permanente dans l'ouest des Etats-Unis ont voté la grève

24.000 employés du groupe de santé Kaiser Permanente dans l'ouest des Etats-Unis ont voté la grève; depuis jeudi, 10.000 salariés du constructeur de tracteurs John Deere sont, eux, déjà en grève; et 1.400 le sont chez le fabricant de céréales Kellogg depuis le 5 octobre.

A Hollywood, où la grève des équipes de tournages a été évitée de peu, le compte Instagram ia_stories, alimenté par le syndicat des travailleurs invisibles de production, a recueilli les histoires anonymes des précaires. Et on en apprend beaucoup sur les conditions de travail chez des géants du streaming qui emploient au rabais depuis 10 ans, sur les équipes de tournage, prévenues au dernier moment de l’allongement du temps de travail, sans compensation salariale, et ce parfois à cause d’acteurs qui ne connaissent pas leur texte; le tout au sein d’équipes de production méprisantes à l’égard des techniciens. Ce qui ressort aussi de ces comptes Twitter et Instagram des grèvistes , c’est que les employeurs sont prêts à accepter des démissions plutôt que d'accorder des semaines de travail moins infernales ou plus équilibrées à leurs salariés.

Enfin, sur les réseaux sociaux, les commentaires des universitaires et des économistes soulignent aussi une réalité locale : très peu de travailleurs américains peuvent se mettre en grève sans être syndiqués. Or, comme seulement 6,3% des salariés du secteur privé sont affiliés à un syndicat, le mouvement de grève est mécaniquement limité.

L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......