LE DIRECT

Afrique du Sud. Premières leçons des législatives

12 min
À retrouver dans l'émission

South African Political Party
South African Political Party

La grande question de ces législatives porte sur l’ANC : sa clientèle, son homogénéité, son bilan mitigé voire négatif sur le plan social, la portée de sa victoire, son incapacité à lutter contre sa propre corruption et à lancer des projets novateurs.

Le président lui-même, Jacob Zuma, élu en 2009 et réélu bientôt par le nouveau parlement, personnage extravagant et « clivant », est accusé d’avoir la folie des grandeurs et d’être impliqué dans de lourds scandales de corruption.

Même l’ancien prix Nobel de la paix, Desmond Tutu, avait averti qu’il ne voterait pas pour l’ANC, qui avait remporté quasi 70 % des voix en 2004 et quasi 66% en 2009.

Dès lors, comment expliquer cette victoire qui reste massive ?

Surtout, comment relever les considérables et durables défis intérieurs d’un pays de 53 millions d’habitants ?

Citons le chômage (la moitié des moins de 25 ans, 35 % des Noirs), la croissance (en baisse), la monnaie, la dette, les inégalités sociales et régionales, la violence urbaine, le sida ?

Philippe Gervais-Lambony est professeur à Paris-Ouest-Nanterre-La Défense

Intervenants
  • Professeur au département de géographie de l'université de Paris X-Nanterre, directeur de publication de la revue Justice spatiale
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......