LE DIRECT
Il y a deux ans, Angela Merkel était la seule chef d'état au monde à ouvrir les portes de son pays aux réfugiés syriens et irakien en fuite devant la guerre et le terrorisme. Ici en selfie avec un demandeur d'asile, le 10/9/2015

Allemagne. A trois semaines des élections fédérales, que devient "l’Allemagne forte" ?

9 min
À retrouver dans l'émission

"Mettre un terme aux négociations d'adhésion" avec la Turquie : c'est finalement ce qu'a annoncé hier soir, en direct, Angela Merkel lors du grand débat télévisé avec Martin Schulz, diffusé sur les 5 premières chaînes

Il y a deux ans, Angela Merkel était la seule chef d'état au monde à ouvrir les portes de son pays aux réfugiés syriens et irakien en fuite devant la guerre et le terrorisme. Ici en selfie avec un demandeur d'asile, le 10/9/2015
Il y a deux ans, Angela Merkel était la seule chef d'état au monde à ouvrir les portes de son pays aux réfugiés syriens et irakien en fuite devant la guerre et le terrorisme. Ici en selfie avec un demandeur d'asile, le 10/9/2015 Crédits : Bernd von Jutrczenka / dpa - AFP

La position la plus ferme manifestée par l’Allemagne dans cette longue dispute qui dure depuis au moins un an.

Fermeté étonnante de la part de la Chancelière, peut-être arrachée à la faveur du débat électoral, mais qui reflète aussi l’ampleur de la brouille germano-turque et cette nouvelle place que l'Allemagne aspirait à prendre il y a 3 ans dans les affaires du monde. Une place plus grande, plus ferme, plus "forte" pour la première puissance économique européenne, centrale géographiquement, au centre d'une Union bien fragilisée.

Longtemps "timide", pour des raisons historiques et constitutionnelles, l’Allemagne a fini par revendiquer un leadership, financier, moral, peut-être diplomatique : c’est ce qu’on a pu appeler "l’Allemagne forte". Où cette nouvelle vigueur va-t-elle la conduire ?

8 vidéos sur notre thématique de ce jour :

Le magazine Vox Pop diffusé sur la chaîne arte présente un portrait d'Angela Merkel composé d'images d'archives allemandes et de commentaires d'observateurs bien informés :

Les chaînes du quotidien Le Monde et de l'agence de presse AFP font de même, sur une tonalité plus humoristique :

La chaîne qatari Al Jazeera commente ici les déclarations répétées d'Angela Merkel, qui est désormais convaincue que l'Europe ne peut plus compter sur ses alliés traditionnels. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne seraient plus des partenaires dignes de confiance :

La chaîne d'information continue internationale Deutsche Welle et la chaîne du quotidien Financial Times commentent le duo composé des deux chefs d'états, allemand et français :

Intervenants
  • Secrétaire général du Comité d'études des relations franco-allemandes (Cerfa) de l'Ifri (Institut Français des Relations Internationales) et professeur à la Sorbonne.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......