LE DIRECT
Samedi dernier, manifestation contre Erdogan à Düsseldorf,  dans la capitale allemande de la mode et du show-business, ville progressiste gourvernée par le SPD et les Verts (Grüne) depuis le XXè siècle

Allemagne – Turquie : qui a besoin de la réconciliation ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Le président Erdogan reçu en grande pompe hier à Berlin, mais Angela Merkel absente du dîner officiel ce soir : après deux ans de brouille sévère, la réconciliation de la Turquie et de l’Allemagne sera sans effusion, mais pas sans controverse.

Samedi dernier, manifestation contre Erdogan à Düsseldorf,  dans la capitale allemande de la mode et du show-business, ville progressiste gourvernée par le SPD et les Verts (Grüne) depuis le XXè siècle
Samedi dernier, manifestation contre Erdogan à Düsseldorf, dans la capitale allemande de la mode et du show-business, ville progressiste gourvernée par le SPD et les Verts (Grüne) depuis le XXè siècle Crédits : ROLAND WEIHRAUCH - AFP

L'Allemagne souhaite s'impliquer davantage dans les affaires du Moyen6orient et le Turquie est un partenaire incontournable dans la crise syrienne, mais potentiellement sur d'autres sujets également. Et il y a énormement de raisons qui font que l'Allemagne et la Turquie doivent absolument se reconcilier.         Dorothée Schmid 

« Une nouvelle page dans les relations germano-turques » : c'était le souhait hier de Recep Tayyip Erdogan dans une tribune publiée par le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Après deux ans de tensions diplomatiques, le président turc et la chancelière Angela Merkel se verront aujourd’hui à Berlin et demain à Cologne, en espérant dépasser les accusations de "fascisme". 

Le rapprochement est tactique, pour une Turquie sous sanctions américaines et en crise monétaire (la livre turque a perdu 40 % de sa valeur cette année, l'indice de confiance a reculé de 16 % cet été), mais qui a marqué un point diplomatique en trouvant avec la Russie un accord sur Idlib (qui doit être accepté par les rebelles avant le 12 octobre). 

Politiquement, il est extrêmemnt important pour les Turcs de retrouver une forme de soutien allemand en faveur de leur candidature d'adhésion à l'Union européenne. Mais le paradoxe est finalement qu'Erdogan arrive en ayant l'impresion qu'il est presque en terrain conquis. Là je crois qu'il se trompe. Et ça rejoint la dérive du régime en Turquie elle-même.      Dorothée Schmid 

Recep Tayyip Erdogan vient chercher un soutien de l’Allemagne, toujours premier partenaire économique en Europe, et a des attentes « très concrète ». Angela Merkel va tenter d’obtenir des gages en matière de droits humains et la libération des citoyens allemands (5 ou 7 selon les sources) emprisonnés depuis la tentative de putsch de juillet 2016.

Pour Ankara, se présenter en Allemagne est aussi une manière de sonner à la porte la plus accueillante de l’UE, avec deux sujets en toile de fond : la poursuite du "pacte migratoire" de Mars 2016, et l’adhésion à l'Union Européenne déclarée "au point mort" lors du Conseil Européen de juin.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les deux pays ont donné des signes de bonne volonté cette année. Deux journaliste germano-turcs ont été libérés, l'Allemagne a défendu la Turquie face aux Etats-Unis et a salué son rôle concernant Idlib. Le rapprochement reste cependant assez prudent : si la présidence turque évoque le "trait d'union" que représente la diaspora turque en Allemagne, elle est aussi une des pommes de discorde, puisque c'est l'interdiction des meeting électoraux du gouvernement turc en Allemagne en 2017 qui avait entraîné les reproches de "fascisme". Signe d'une certaine inquiétude : la ville de Wiesbaden a fait retirer d'un festival artistique une statue dorée du président turc censée provoquer la discussion.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Jouer sur la seule relation historique ne suffira pas pour garantir une "normalisation" a prévenu la présidence allemande. Le déroulement de la visite sera elle-même un test car les trois millions d’émigrés turcs ne sont pas tous des soutiens du président Erdogan (10 000 exilés depuis 2016, dont 600 politiques), et l'Allemagne de 2018 est plus polarisée qu’avant. La visite est controversée : des milliers de manifestants sont attendus à Berlin aujourd'hui ; l'inauguration d'une mosquée à Cologne sera aussi l'occasion pour le président Erdogan de renouer avec la thématique de l'intégration comme lors de ses visites en 2008. 

L'opération est donc risquée pour une chancelière fragilisée ; Délicat pour un chef d'Etat turc en quête de réintégration internationale. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Retour sur info - Il y a seulement un an et demi, Erdogan accusait le gouvernement allemand de méthodes "nazies":

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

IFRI Compte certifié @IFRI_     Dorothée Schmid dirige le programme « Turquie contemporaine » de l'Ifri depuis 2008

Intervenants
  • Chercheuse, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient de l'IFRI
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......