LE DIRECT
Commémoration nationale à Hanoî, l'été dernier

Asie du Sud-Est. Les grandes tendances économiques d’une région complexe.

9 min
À retrouver dans l'émission

L’Asie-Pacifique était la région du monde la moins interactive sur le plan économique. Depuis une dizaine d’années, il ne s’agit que de coopération complexes et peu lisibles. Les Asiatiques l’appellent eux-mêmes le « bol de nouilles ».

Commémoration nationale à Hanoî, l'été dernier
Commémoration nationale à Hanoî, l'été dernier Crédits : Nguyen Huy Kham - Reuters

Bien sûr, il y a l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ASEAN), créée en 1967 (cinq pays à l’origine), d’ailleurs contre la menace chinoise de l’époque. Aujourd’hui, il y a floraison d’associations économiques aux finalités douteuses, typiquement asiatiques par leurs combinaisons molles et évolutives, sans doute peu cohérentes à moyen terme.

De plus, les États-Unis veulent imposer leur religion monothéiste du libre échange --c’est le summum et, d’ailleurs, un point, c’est tout--, lesquels sont contrés par la même religion libre échangiste de la Chine, un pays récemment et impérialement converti. Il s’agit d’un assaut libre-échangiste entre les États-Unis et la Chine, qui n’est qu’un moment économique de la région.

On peut dire que c’est l’effet de la mondialisation, mais qu’y comprendre au juste ?            Th. G.

Les pays qui constituent l'association économoqie ASEAN
Les pays qui constituent l'association économoqie ASEAN

Alors que les marchés asiatiques ont plutôt surperformé leurs homologues européens ou américains lors de la correction du début d'année, l'Union bancaire privée (UBP) estime que "les investisseurs se tournent vers l’Asie du Sud-Est où l’augmentation des échanges intrarégionaux et l’exposition relativement moindre au cycle économique mondial deviennent de sérieux atouts dans un contexte marqué par la volatilité".

Les économies du sud-est asiatique bénéficient aussi de la vigueur de leur demande domestique. Cette dernière est soutenue par la baisse des cours du pétrole, dont la région est importatrice nette, ouvrant ainsi des perspectives enviables pour ces pays.

Mais d'autres menaces planent cependant. Le journal malaisien New Straits Times de ce 18 avril, citant le N° 14 du magazine publié en anglais de l’EI, "Dabiq", a publié une nouvelle liste de pays étiquetés comme "Tawāghīt" (ceux qui honorent un autre Dieu qu'Allah : taghut ou taaghoot - طاغوت, ṭāġūt, pl. ṭawāġīt).

Il en ressort que la Malaisie, les Philippines et l'Indonésie sont parmi les prochaines cibles déclarées de l'État Islamique.

Le chef de la Direction de l'antiterrorisme de la Division spéciale de la police fédérale de la Malaisie a noté que des suspects de l’EI qui avaient été arrêtés lors d'opérations de lutte contre le terrorisme ont également révélé la même chose, ajoutant que c'est déjà la deuxième fois que la Malaisie est mentionnée sur la liste publiée dans "Dabiq".

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......