LE DIRECT
Le Boing 777 est présenté au Sheikh al-Maktoum, propriétaire d'Emirates

Aviation. Transport aérien : les évolutions mondiales clés.

8 min
À retrouver dans l'émission

Il suffit de citer un chiffre pour prendre la mesure des évolutions récentes : le trafic aérien a doublé tous les quinze ans depuis les années 70. Un autre chiffre est étonnant : en 2015, 3,3 milliards de passagers ont pris l’avion (parfois, les mêmes, bien sûr).

Le Boing 777 est présenté au Sheikh al-Maktoum, propriétaire d'Emirates
Le Boing 777 est présenté au Sheikh al-Maktoum, propriétaire d'Emirates Crédits : Ahmed Jadallah - Reuters

Autant dire que, par son ampleur, le transport aérien participe de la grande économie mondiale. Non seulement, il s’est démocratisé, mais les compagnies se sont multipliées, en particulier celles à bas prix, avec des conséquences directes sur la santé des compagnies classiques. Les dessertes, notamment entre villes secondaires, ont favorisé un nouveau maillage, tandis que les passagers volent sur de plus longues distances.

Pourtant, les compagnies sont peu rentables et soumises à des aléas souvent peu prévisibles (coût du carburant, etc.), des aéroports importants sont congestionnés et le transport aérien reste très polluant (2% du gaz carbonique mondial).       Th. G.

Une hôtesse de Qatar Airways vous accueille en 1ère classe de l'A380
Une hôtesse de Qatar Airways vous accueille en 1ère classe de l'A380 Crédits : Pascal Rossignol - Reuters

Malgré la crise économique mondiale, le secteur du transport aérien est en plein essor. Le low-cost y est pour beaucoup. Mené par Easyjet et Ryanair, le marché européen du vol à bas coût progresse de 8% par an en moyenne. Un secteur en pleine expansion, mais surtout très concurrentiel.

Mais le grand public a bien du mal à se retrouver dans la composition des tarifs et les canaux de vente à privilégier. La désinflation est en route dans le transport aérien. Deux raisons­ à cela : l’effondrement du prix du baril de pétrole, poste qui représente près d’un tiers des coûts d’exploitation des compagnies, mais aussi la progression des compagnies low cost, qui gagnent chaque année de nouveaux clients.

Toutes les études vont dans le même sens : que ce soit vers New York, Montréal, Rome ou Madrid, le consommateur est clairement gagnant sur le moyen terme. Ce mouvement de repli est planétaire. C, J, Y ou X, les grands transporteurs utilisent toutes les lettres de l’alphabet pour définir leurs grilles de tarifs, si bien que personne dans un avion ne paie aujourd’hui le même prix… « Rien que sur notre classe éco, il existe 10 classes tarifaires, et, dans chacune des classes, coexistent plusieurs tarifs différents », détaille une spécialiste d’Air France.

__________________________________________________

Notre invité Paul Chiambaretto est professeur de marketing et stratégie à Montpellier Business School et chercheur associé à l'Ecole Polytechnique. Spécialiste du transport aérien, il intervient dans de nombreuses institutions comme l'ENS Cachan, l'ENAC et l'Ecole Centrale de Lyon.

Intervenants
  • professeur à la Montpellier Business School et chercheur associé à l’École polytechnique
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......