LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dilma Vana Rousseff, Luiz Inacio Lula da Silva et le prêtre qui célèbre une messe samedi, devant le siège du  Sindicato dos Metalurgicos do ABC

Brésil : un boulevard pour les militaires à la présidentielle ?

11 min
À retrouver dans l'émission

Depuis deux jours, l’ancien président Lula est incarcéré pour corruption et blanchiment. La Cour Suprême a pris une décision à double tranchant puisqu’elle neutralise le symbole de la gauche brésilienne, favori pour la présidentielle en fin d’année. C’est un vide politique dangereux.

Dilma Vana Rousseff, Luiz Inacio Lula da Silva et le prêtre qui célèbre une messe samedi, devant le siège du  Sindicato dos Metalurgicos do ABC
Dilma Vana Rousseff, Luiz Inacio Lula da Silva et le prêtre qui célèbre une messe samedi, devant le siège du Sindicato dos Metalurgicos do ABC Crédits : Marcos Bizzotto / www.agif.com.br / AGIF - AFP

Sur le plan judiciaire, la décision de la Cour Suprême est l’aboutissement de 3 ans d’enquête anti-corruption. C'est la suite de l’affaire Petrobras, dans laquelle l’ancien président Luis Ignacio da Silva a été condamné en janvier à 12 ans de prison pour corruption et blanchiment. Elle provoque aussi un bouleversement politique, puisqu’un an et demi après la destitution de Dilma Roussef, c’est un autre pilier du Parti des Travailleurs qui est sapé : Lula, symbole et principal artisan des réformes sociales entre 2002 et 2010. 

Cette décision réclamée par une partie de la société brésilienne est à double tranchant – surtout dans le contexte particulier d’une campagne présidentielle qui intervient après plusieurs années de confrontation entre les partisans de Lula et ceux de la droite. D’abord elle éloigne l’hypothèse d’une restauration «sociale» incarnée par Lula et laisse le champ libre au revirement libéral commencé avec Michel Temer. Ensuite, en disqualifiant le favori pour la présidentielle en fin d’année (35 % d’intentions de vote aux  derniers sondages), elle fabrique un martyr et polarise encore plus la société brésilienne en deux camps, avec leurs potentiels d’excès et de violence. Enfin sa légitimité elle-même est  contestée (une nouvelle décision doit intervenir demain) et elle ne résout évidemment pas le problème de la corruption politique au Brésil  puisque 40 % des parlementaires seraient concernés ou éclaboussés par l’affaire Petrobras, bien nommée Lava Jato («jet de lave»).

Ce vide politique est risqué, dans une situation pré-conflictuelle. In fine réapparaissent les deux thèmes frères du chaos et de la restauration : la voix (et l’action dans les rues des grandes villes) des militaires, qui prennent une résonance particulière (dans un pays qui était une féroce dictature il y a seulement 34 ans). L’emprisonnement de Lula marque la fin d’un cycle politique de 16 ans de domination. Il provoque un effet de justice et peut temporairement rassurer une classe moyenne échaudée par la mixité sociale induite par Lula et fragilisée sur le plan économique. Est-il pour autant comme le titrait un journal brésilien  «une chance pour la politique» ?

@TEnjeux @XXMonde Liz Feré @liz_fere    

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
  • Docteure en science de l’information et de la communication, enseignante à l’Université Paris 8
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......