LE DIRECT
Paul Biya et Chantal Biya, dimanche à Yaounde

Cameroun : une instabilité contrôlée ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Deux jours après l'élection présidentielle au Cameroun, l'incertitude est grande quant à l'issue du scrutin : la participation est faible, des candidats dénoncent des fraudes et l'un des principaux challengers a déjà proclamé sa victoire face à Paul Biya, au pouvoir depuis 35 ans.

Paul Biya et Chantal Biya, dimanche à Yaounde
Paul Biya et Chantal Biya, dimanche à Yaounde Crédits : JEAN PIERRE KEPSEU / ANADOLU AGENCY - AFP

_Il est clair que l’élection a été marquée par un ensemble de fraudes. Dans certains bureaux de vote, des représentants de partis de l’opposition  ont été empêchés d’avoir accès, dans d’autres des bulletins de certains candidats sont venus à manquer pendant des heures, il y a eu aussi des cas de bourrage. Quelle est l’ampleur ? Difficile d’en avoir une idée très précise, mais la réalité est qu’au Cameroun la fraude avant, pendant et après l’élection avantage le candidat président.      _Hans De Marie

Cette élection, se déroule sur fonds de crise à multiple niveau : économique, sociale, politique et institutionnelle. Comme à chaque fois, elle constitue d'abord un test de légitimité pour le régime de Paul Biya en place depuis 35 ans. 

Par rapport à la présidentielle de 2011, le vote s'est déroulé dans un calme relatif mais la participation n'atteindrait qu'environ 50 % (sur 6 500 000 électeurs enregistrés) et serait beaucoup plus basse dans les états anglophones du Nord-Ouest et Sud-Ouest. Les séparatistes armés d'Ambazonie avaient promis d'empêcher le scrutin, il faudra attendre les résultats complets pour vérifier à quel point ils ont réussi. Derrière l'apparente continuité du pouvoir, Paul Biya marche sur des charbons ardents pour cette septième tentative de réélection. Il n'a d'ailleurs tenu qu'un seul meeting en fin de campagne : à Maroua, la grande ville du Nord sous haute pression sécuritaire.  

Eléments de biographie des principaux candidats à la présidentielle camerounaise
Eléments de biographie des principaux candidats à la présidentielle camerounaise Crédits : LAURENCE SAUBADU, VINCENT LEFAI - AFP

Au contraire, certains opposants tentent de pousser leur avantage : l'ancien ministre Maurice Kamto notamment, à la tête d'une alliance potentiellement puissante (son parti le MRC et le FPD d'Akere Muna qui s'est désisté en sa faveur), a proclamé dès hier sa victoire et appelé le président Biya à "une transition pacifique". Il s'est attiré un tir de barrage des autorités qui le qualifient de "hors la loi", et fustigent son "insolence". 

L'incertitude planant sur les résultats jusqu'au 22 octobre laisse de la place à toutes les tentatives de préempter l'élection - trois partis d'opposition ont déjà dénoncé des fraudes ; et elle est renforcée par le climat social et politique tendu dans lequel se déroule ce scrutin.  

Depuis plusieurs mois (années) le pouvoir doit composer avec l’exaspération sociale due au marasme économique, la crise institutionnelle avec un décalage de représentativité croissant, et une double crise politique et sécuritaire : les affrontements entre l'armée et la guerilla anglophone depuis un an dans le Sud-Ouest ; et la présence toujours meurtrière du groupe Boko Haram dans le Nord : les deux conflits ont fait des centaines de morts l’année dernière, plus de 500 000 déplacés à eux deux, sur les 25 millions d'habitants que compte le Cameroun. 

Crispé sur ses habitudes et réseaux politiques, tiraillé au Nord et à l'Ouest, exposé à l'insécurité de la Centrafrique limitrophe, le Cameroun pourrait vite apparaître comme le « ventre mou » du dispositif sécuritaire régional. Du moins ce scrutin présente-t-il toutes « les caractéristiques d’une élection à risque » dit le rapport de l'International Crisis Group sur les "fractures" camerounaises publié récemment. 

Cette instabilité pourrait-elle désormais devenir incontrôlable ? 

.
. Crédits : VINCENT LEFAI, JEAN MICHEL CORNU, JONATHAN WALTER - AFP

.

Hans De Marie Heungoup @hansdemarie    Crisis Group @CrisisGroup

Intervenants
  • politologue et chercheur à l'International Crisis Group. Il est l'auteur de "Le BIR, la GP et le pouvoir au Cameroun" (Berlin)
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......