LE DIRECT

Chine : l'épineuse question des Ouïghours au Xinjiang

8 min
À retrouver dans l'émission

La question ouïghoure est beaucoup plus ancienne qu’on ne le croit et ne peut se résumer à une gentille cause indépendantiste ni à une lutte anti-terroriste justifiée.

Dans ces confins en partie désertiques mais riches (hydrocarbures, minerais, etc.), qu’on appelait autrefois le Turkestan oriental, vivent environ 22 millions d’habitants, les Hans constituant en 1949 quelque 6 % de la population, mais 41 % en 2014. Une diaspora, diffuse, existe dans le reste de l’Asie centrale, en Turquie, en Arabie Séoudite, en Europe, aux États-Unis.

D’un côté, les Ouïghours subissent des restrictions à leurs libertés et des vexations régulières. À noter quand même qu’une organisation indépendantiste (Mouvement islamique du Turkestan oriental) est classée par l’ONU mouvement terroriste. De l’autre, la répression est souvent aveugle ou excessive (en 2009, par exemple).

Certains experts parlent de radicalisation réciproque.

Enfin, le passé lointain de cette région offre des clés de compréhension, autant ethniques que politiques.

Th. G.

Chinese paramilitary police wearing riot gear as a crowd of angry locals confront security forces on a street in the city of Uru
Chinese paramilitary police wearing riot gear as a crowd of angry locals confront security forces on a street in the city of Uru Crédits : Reuters

Que se passe-t-il dans l'Ouest de la Chine ? Les imams, l'accès aux mosquées, l'enseignement du Coran, le port du voile par les femmes et de la barbe par les hommes ou encore les pèlerinages à la Mecque sont sous étroite surveillance dans la région autonome du Xinjiang, où vivent 9 millions de Ouïgours, la minorité turcophone et musulmane de l'extrême ouest chinois.

Cette surveillance, sous forme de réglementations tatillonnes et parfois contradictoires, et les vexations qui lui sont associées, n'a cessé de s'accroître.

Les Ouïgours considèrent que leur territoire historique, le Turkestan oriental, est colonisé par les Chinois : "Femmes et filles, ôtez votre voile et cessez de perturber la société civilisée moderne !",  lit-on ainsi sur un grand panneau de propagande.

Le Parti islamique du Turkestan (TIP) est issu d'une recomposition des groupes de combattants ouïgours au Pakistan au début des années 2000 à l'initiative du Mollah Omar, le chef des talibans afghans, explique l'analyste Jacob Zenn, spécialiste du djihadisme en Asie centrale et en Afrique à la Jamestown Foundation, dans son rapport très détaillé pour le Hudson Institute sur l'islamisme en Asie centrale.

Ursula Gauthier, la correspondante chinoise de l’hebdomadaire français* l’Obs*  récemment expulsée par le gouvernement de Pékin, nous explique pourquoi les autorités et les médias chinois n’ont, pendant plusieurs semaine, absolument rien laissé filtrer sur l’incident de la mine d’Aksu, une opération policière qui a fait 28 morts. Elles sont restées ensuite très laconiques, alors que Radio Free Asia, par exemple, avait déjà donné de nombreux détails sur ce qui avait pu se passer..

Map of China showing dominant religion by county
Map of China showing dominant religion by county Crédits : Reuters
Intervenants
  • docteur en géopolitique, professeur agrégé d'Histoire-Géographie, et chercheur à l'Institut Français de Géopolitique (Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis).
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......