LE DIRECT

Chine. La gestion des grands dossiers environnementaux

8 min
À retrouver dans l'émission

Depuis 2009, la Chine est devenue le premier pollueur de la planète, ayant dépassé les États-Unis. Nous en reparlerons, bien sûr, dans le contexte de la conférence de Paris de décembre prochain (COP 21). Les désastres environnementaux sont à l’échelle de son territoire et de sa population, mais aussi et surtout de l’ampleur des réformes économiques lancées il y a plus de trente-cinq ans. Les images de la pollution de l’air à Pékin sont dans toutes les mémoires. Mais il faut aussi citer les atteintes aux forêts et surtout à l’eau (pollution chimique mais aussi animale des rivières…).

Dès lors, quelle est la politique de l’État, comment la loi et les règlements sont-ils appliqués dans les provinces, les ONG et les médias se mobilis-ils ?

L’Atlas de la Chine (voir en bas de cette page) propose de nombreuses cartes pédagogiques sur ces questions de la pollution, comme sur beaucoup d’autres problématiques chinoises , dessinées par Madeleine Benoit-Guyod.

People wearing masks look on near the site of the explosions at the Binhai new district in Tianjin
People wearing masks look on near the site of the explosions at the Binhai new district in Tianjin Crédits : Reuters

Au Canada et aux Etats-Unis , on s’inquiète de la pollution venue de Chine en traversant l’immensité de l’océan Pacifique ! Les vents dominants ont poussé les concentrations d'oxydes d'azote chinois directement jusqu’à la côte Ouest des Etats-Unis et du Canada.

Il ne leur reste plus qu’un amer constat : délocaliser les activités polluantes américaines en Chine ne suffit pas à diminuer autant qu’ils l’espéraient l’exposition des Américains aux contaminations chimiques industrielles.

Au Japon aussi, on dénonce les effets des émanations chimiques chinoises sur le smog qui recouvre régulièrement le pays. L’article publié par le site Kotaku est illustré de nombreuses images filmées au Japon ainsi que d’une cartographie animée sur les courants aériens provenant de Chine.

Et le Japan Times n’hésite pas à insister sur le fait que l’Europe, elle aussi, malgré toutes les bonnes intentions, est confrontée aux urgences climatiques.

En Corée du Sud , l’agence de presse UPI dresse aussi le tragique bilan des effets extrêmement toxiques de la pollution industrielle provenant de Chine sur la santé des habitants. Ceux-ci dépassent même les effets des centrales à charbon sud-coréennes !

Mais l’International Business Times relaye les protestations de Greenpeace qui conteste précisément ce constat alarmant.

Mais, il n’y a pas que les préoccupations immédiates des pays occidentaux et du continent asiatique a mettre en évidence les pollutions de tous ordres. En Afrique, d’ores-et-déjà, les développements de l’économie et de l’industrie produisent désormais des émissions toxiques dont les effets commencent à se mesurer. L'observatoire français OMP - Midi-Pyrénées consacre une étude étonnante aux projections scientifiques de ce que pourrait être la pollution sur le continent africain dans à peine… quinze ans, en 2030 !

Intervenants
  • sinologue, professeur de géographie, titulaire de la chaire d’Asie méridionale et orientale à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......