LE DIRECT

Climat. Les responsabilités de la Chine et des États-Unis, les deux plus grands pollueurs

9 min
À retrouver dans l'émission

.

La COP 21 est lourde d’incertitudes.  D’abord, il y a eu une longue suite d’échecs ou de semi-échecs : Copenhague en 2009, Cancun en 2010, Durban en 2011, protocole de Kyoto non reconduit en 2012.

Ensuite, on a noté un moindre intérêt de l’ « homme de la rue » pour l’état du climat en 2100. Enfin, une vague d’inquiétude parcourt l’Europe, due aux arrivées massives de migrants et aux attentats islamistes particulièrement barbares.

Dans cette perspective, comment évaluer les responsabilités des deux plus grands pollueurs de la planète, la Chine et les États-Unis ? La Chine avait ratifié Kyoto, mais ne pouvait pas l’appliquer, tandis que les États-Unis ne voulaient pas le ratifier, parce que « le niveau de vie des Américains ne se négocie pas ».

Et il semble qu’ils se soient entendus pour éviter tout dispositif trop sévère, bien que Pékin ait récemment reconnu avec Paris la nécessité d’objectifs réellement contraignants.

Notons néanmoins qu’aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), ont succédé en 2015 les Objectifs du développement durable (ODD), qui courront jusqu’en 2030.

Th. G.

Handout of people gathering on an island to form a message on the Barrier Reef off the coast of Belize..
Handout of people gathering on an island to form a message on the Barrier Reef off the coast of Belize..

Comment faire en sorte que les engagements, désormais décidés au niveau national, suffisent pour limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici la fin du siècle ? Comment garantir la montée en puissance des transferts financiers des pays industrialisés vers les pays en développement pour les aider à réduire leurs émissions, et s’adapter aux effets inévitables du changement climatique ?

La conclusion d’un accord international ambitieux sur la lutte contre les dérèglements climatiques en décembre 2015 n’est pas acquise.

Comment la pollution asiatique crée-t-elle des cyclones en Amérique ? Une simulation des flux climatiques obtenue via des satellites et un modèle informatique révèle le lien entre les particules de suie produites en Asie et l’augmentation des cyclones en Amérique. La simulation mise en ligne par la Nasa est riche de couleurs et surtout d’enseignements : elle montre comment les polluants passent d’un continent à l’autre, via les nuages, et modifient le climat. La vidéo suit l’évolution de tous les flux atmosphériques, heure par heure, entre le 1er septembre 2006 et le 10 avril 2007 – une époque déjà “ancienne” dans l’histoire du réchauffement climatique tant celle-ci évolue rapidement.

La revue française Herodote aide ici à analyser les raisons qui expliquent le précédent refus chinois d’accepter des engagements contraignants en matière climatique.

Mais on trouve déjà, avant même l'ouverture de la conférence mondiale, une nouvelle résistance américaine aux mesures pour sauvegarder la planète : le « coal rolling », une pollution volontaire  tournée contre les écolos, fait fureur aux Etats-Unis.  Oui, un nouveau genre de militants anti-écolos est né : au volant de leurs pick-up trucks trafiqués, ils crachent exprès d’épais nuages de fumée noire sur les cyclistes, les piétons, et surtout les conducteurs de voitures hybrides ou électriques. Leur objectif : éructer leur détestation d’Obama, de sa « politique verte »  et des environnementalistes en général….

Smoking chimney is seen at a PetroChina oil factory in Dalian, Liaoning province
Smoking chimney is seen at a PetroChina oil factory in Dalian, Liaoning province
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......