LE DIRECT
Soldat américain dans un champ de pavot à Garmsir en Afghanistan, en mai 2008.

Les Etats-Unis ont-ils consolidé un narco-Etat en Afghanistan ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Quand les Etats-Unis interviennent en Afghanistan à l'automne 2011, les Talibans avaient éradiqué la culture de pavot. Vingt ans plus tard, à la veille du retrait américain, la production d'opium bat à nouveau des records. Entretien avec Jean-Pierre Filiu.

Soldat américain dans un champ de pavot à Garmsir en Afghanistan, en mai 2008.
Soldat américain dans un champ de pavot à Garmsir en Afghanistan, en mai 2008. Crédits : MASSOUD HOSSAINI / - AFP

C'est officiellement demain, 1er mai, que commencera le retrait progressif, échelonné, des 2500 soldats américains toujours présents à ce jour sur le sol afghan. Il ne devrait plus y en avoir un seul au 11 septembre prochain - Joe Biden a choisi cette date emblématique pour clore ce cycle de vingt ans. Vingt années pendant lesquelles, entre autres choses, la production d’opium a atteint des records… elle représenterait aujourd’hui entre 20 et 30% du Produit national brut, contre 18% pour l’agriculture légale.

C’est justement en ce moment que se fait la récolte, il faut chaque matin à l’aube procéder à une incision dans la coque de la plante de pavot qui a perdu ses fleurs… laisser couler l’opium qui est une forme de latex…

Les talibans, qui contrôlaient 95% du territoire afghan avant l'intervention américaine, avaient décrété à l'été 2000 une prohibition totale de la culture du pavot. C'était avant tout pour briser leur isolement international. Leur émirat islamique d'Afghanistan n'était reconnu que par l'Arabie, les Émirats arabes unis et le Pakistan. Ils pensaient que ce geste de bonne volonté leur vaudrait les faveurs de la communauté internationale. C'était d'ailleurs ce que l'agence spécialisée de l'ONU leur avait laissé entendre.    Jean-Pierre Filiu

Quand les Américains arrivent, ils remettent en place les seigneurs de la guerre qui sont souvent les barons de l'opium. Dès 2002, on se retrouve avec 3400 tonnes d'opium, et la production dès lors n'a cessé d'augmenter, le record ayant été encore battu en 2017 avec 9 000 tonnes d'opium. Les talibans, c'est certain, prélèvent une taxe sur la culture du pavot, sur la transformation en héroïne et sur la contrebande de stupéfiants. Mais là encore, il faut mettre cela en perspective. Les talibans prélèvent sans doute 5% des revenus globaux de la drogue, dont 80 % vont à des trafiquants généralement liés au régime soutenu à bout de bras par les Etats-Unis.     Jean-Pierre Filiu

Les Etats-Unis disent aujourd'hui que les Talibans sont une narco-guérilla alors que c'est en réalité une guérilla opportuniste, à vocation obscurantiste, voire totalitaire, mais qui s'est ralliée au pavot parce qu'elle avait vu que sa prohibition de 2000 non seulement ne lui avait servi à rien, mais l'avait grandement affaiblie.      Jean-Pierre Filiu

Intervenants
  • professeur des universités en histoire à Sciences Po (Paris). Il anime sur le site du quotidien "Le Monde" le blog "Un si proche Orient".
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......