LE DIRECT
Un bombardement lancé par les forces du gouvernement syrien sur la ville de Khan Sheikhun, dans la province d'Idlib le 23 mai 2019.

Syrie : offensive sur Idlib, objectif militaire ou diplomatique ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Les Etats-Unis accusent de nouveau le régime syrien d'utilisation d'armes chimiques alors que les bombardements s'intensifient dans la province d’Idlib. Ce dernier fief rebelle et jihadiste, un temps épargné par un accord russo-turc, est depuis 2 mois la cible d’une nouvelle offensive de Damas.

Un bombardement lancé par les forces du gouvernement syrien sur la ville de Khan Sheikhun, dans la province d'Idlib le 23 mai 2019.
Un bombardement lancé par les forces du gouvernement syrien sur la ville de Khan Sheikhun, dans la province d'Idlib le 23 mai 2019. Crédits : ANAS AL-DYAB - AFP

A Washington, la crainte du franchissement d'une nouvelle "ligne rouge" par Bachar Al-Assad est grande en évoquant une "attaque présumée au chlore dans le nord-ouest de la Syrie au matin du 19 mai". 4 jours plus tard, le Département d’Etat américain confirme l’hypothèse d’une attaque chimique à Idlib : « un certain nombre de combattants de l'opposition avaient été admis dans des hôpitaux locaux avec des symptômes correspondants à une exposition à des substances chimiques .»

Idlib, un enjeu civil et humanitaire majeur dans le conflit syrien

Après Alep-est et la banlieue de Damas, la Syrie connaît une nouvelle situation humanitaire critique, cette fois-ci dans le dernier bastion djihadiste situé au nord-ouest de son territoire, la province d'Idlib. Plus de 3 millions de civils, majoritairement des déplacés internes, subissent les bombardements aériens massifs et le pilonnage délibéré de l’artillerie du régime syrien et de ses alliés russes et iraniens. 30 personnes y ont déjà perdu la vie depuis le 21 mai selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme

Tout l'enjeu aujourd'hui est que l'on ne parvient pas à un accord politique qui permettrait réellement de traiter la question d'Idlib. Il faut à la fois un plan militaire très complexe, mais il existe beaucoup de Syriens qui ont travaillé à ce plan, et il faut savoir que la population elle-même veut se débarasser des djihadistes. Bassma Kodmani 

La recrudescence des violences s'observe aussi du côté des provinces de Hama, Alep et Lattaquié, dominées par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda) depuis fin avril. Cette semaine à Hama, les rebelles ont préparé une contre-attaque sur des positions tenues par les forces du régime syrien.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Actuellement, une équipe de SkyNews affirme avoir été ciblée par les forces du régime, aidées par la Russie et décrit des bombardements par barils héliportés.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Écouter
1 min
Ecoutez l'analyse de Bassma Kodmani sur les relations diplomatiques tendues entre la Russie et la Turquie
Intervenants
  • directrice du think tank Arab Reform Initiative et membre du Comité des Négociations de l'opposition syrienne (CNS)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......