LE DIRECT
30e sommet de l'Union Africaine, à Addis Abeba

Corruption, sécurité, dirigeants : Les Etats africains à l’heure du renouvellement ?

10 min
À retrouver dans l'émission

« Sans son indépendance l’Afrique n’est rien. Avec son indépendance l’Afrique peut être tout » : se souviendra-t-on de cette déclaration de Moussa Faki Mahamat le président de la Commission au 30ème sommet de l'UA à Addis Abbeba en Ethiopie ?

30e sommet de l'Union Africaine, à Addis Abeba
30e sommet de l'Union Africaine, à Addis Abeba Crédits : MINASSE WONDIMU HAILU / ANADOLU AGENCY - AFP

15 ans après sa création, l’organisation patine mais ce pourrait bien être l’heure de la relance.   

Trois signes semblent indiquer une impulsion nouvelle : 

D’abord, pour ce sommet l’Union Africaine affiche une volonté de rupture, elle a annoncé comme priorité la lutte anticorruption et comme objectif d’ici 2020 l’autofinancement total de l’organisation, actuellement dépendante à plus de 70 % des financeurs étrangers.  

L’UA est aussi dirigée par des hommes nouveaux, ou nouveaux dans ce rôle continental : dont le président rwandais Paul Kagame chargé explicitement de mener une réforme des institutions, qui vient de succéder au guinéen  Alpha Condé, et le tchadien Moussa Faki Mahamat à la tête de la Commission de l'UA depuis avril dernier 2017.

On peut s'interroger sur une rupture entre des nouvelles puissances pragmatiques et néolibérales - Rwanda, Maroc, de vielles puissances déclinantes - Zimbabwe, Angola - et des société civiles en quête de solutions à des problèmes concrets." - Amzat Boukari Yabara

Enfin, ce mouvement a lieu dans un contexte de ruptures politiques en Afrique  depuis trois ans : le départ de vieux présidents, du Burkina Faso jusqu’au Zimbabwe, des alternances politiques récentes comme au Ghana  ou en Angola, et la perspective de 18 élections à venir sur le continent en 2018. 

Cette rupture est même géopolitique puisque le Maroc réintégré dans l’Union l’année dernière semble vouloir construire un axe « pragmatique »  avec le Rwanda et l’Afrique du Sud, quitte à lâcher du lest sur la question Sahraouie, sensible au sein de l’Union Africaine. 

Avant d’être revitalisée, l’UA est donc d’abord tiraillée : pour Le Monde la bataille entre nouveaux pragmatiques et panafricanistes historiques est encore à venir. 

Une relance de l’Union Africaine est-elle possible, et signera-t-elle aussi un retour du panafricanisme ? 

@TEnjeux @XXMonde

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Archive sans commentaire sur la chaîne British Pathé - inauguration du sommet de l'Organisation de l'Unité Africaine en 1963 :

Rappel du même Evènement historique, mais cette fois commenté par la rédaction de la chaîne ORTM:

Reportages sur les récentes évolutions données à l’organisation qui avait déjà été relancée en 2002:

Retour sur info - par la rédaction de la chaîne France24:

Retour sur info - 2015. Barack Obama est alors le premier président américain à s’exprimer devant l’Union africaine: « Alors que l’Afrique change, j’ai appelé le monde à changer son regard sur l’Afrique… Après un demi-siècle d’indépendances, il est plus que temps d’abandonner les vieux stéréotypes d’une Afrique enlisée pour toujours dans la pauvreté et les conflits». La chaîne Togo Visions diffuse ce extrait de l'introduction du discours, tenu à Addis-Abeba:

Intervenants
  • docteur du Centre d’études africaines de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), spécialiste du panafricanisme
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......