LE DIRECT
Dans la gare de Séoul, un moniteur fabriqué en Corée du Sud retransmet les images de la rencontre entre les délégations du Nord et du Sud, qui se tient dans le village "neutre" de Panmunjom

Crise coréenne : la solution est-elle dans la Péninsule ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Une participation officielle aux Jeux Olympiques de Séoul en février et la promesse d’un dialogue militaire avec la Corée du Sud : c’est le résultat de la reprise des discussions officielles entre les deux pays, la première de haut niveau depuis 2015.

Dans la gare de Séoul, un moniteur fabriqué en Corée du Sud retransmet les images de la rencontre entre les délégations du Nord et du Sud, qui se tient dans le village "neutre" de Panmunjom
Dans la gare de Séoul, un moniteur fabriqué en Corée du Sud retransmet les images de la rencontre entre les délégations du Nord et du Sud, qui se tient dans le village "neutre" de Panmunjom Crédits : ATSUSHI TAKETAZU / YOMIURI / THE YOMIURI SHIMBUN - AFP

Sans  être non plus le retour de la politique de rapprochement du « rayon de  soleil » initiée en 1998 par l’ancien président sud-coréen Kim Dae Jung,  cette rencontre a été  placée sous le signe de l’apaisement : elle a eu lieu à côté de Panmujeom, ou avait été signée l’armistice de 1953. 

D’abord  annoncée comme relative aux JO qui se tiendront à 80 km de la  frontière, elle a aussi débouché sur le rétablissement d’un dialogue  militaire, le « téléphone rouge »  avait été remis en service plus tôt. 

Le pas est certes minimal : le sport, rappelait Pascal Boniface hier matin sur France Info, permet d'engager les Nations mais pas les Etats ; mais il intervient après une année tendue et il montre un important changement d’attitude de Pyongyang : c’est Kim Jong Un qui a fait la première ouverture dans son discours à la Nation du 1er janvier. 

Des deux côtés de la ligne de démarcation, la donne a changé : La Corée du Nord est désormais une puissance nucléaire, côté sud-coréen le nouveau  président Moon  Jae In élu en 2017 est favorable à un nouveau dialogue. Enfin, cette fois, les grands acteurs, Chine et Etats-Unis, se tiennent relativement à l’écart.

S’agit-il d’un pur pragmatisme des deux côté ou d’une volonté de rapprochement  plus ambitieux ? Au-delà de la crise nucléaire, c’est la question historique du règlement de la guerre, la coopération et la réunification possible, qui est en  jeu : une questionque les deux Etats considèrent tous deux comme intérieure. Après une année de tensions transpacifiques, la solution à la crise nord-coréenne viendra-t-elle de la Péninsule ? 

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

La chaîne China Tv diffuse ce reportage de la télévision publique nord-coréenne qui relate la visite du président dans une usine de pêche. En version originale coréenne, non sous-titrée : les images (et la musique d'illustration) parlent d 'elles-mêmes !

Et voici comment se déroule une soirée musicale lorsque le président fait partie de l'assistance :

Mais le pays a aussi des habitudes moins réjouissantes, comme le rappellent ces documents des chaînes France24 et Euronews:

Nathalie Tourret et Julien Alric se sont rendus pour un voyage exceptionnel au cœur du pays le plus fermé et le plus militarisé du monde. Les témoignages recueillis sur place, diffusés par la chaîne Envoyé spécial, attestent du degré d’isolement dans lequel le parti unique maintient ses 24 millions de citoyens: 

Intervenants
  • Directeur du programme Corée à la Fondation pour la recherche stratégique et enseignant à Sciences Po
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......