LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le président Petro Poroshenko en compagnie du Commandant en chef de l'aviation militaire, le Lieutenant Général Mykhailo Zabrodskyi

Russie - Ukraine : dérapage ou stratégie délibérée ?

10 min
À retrouver dans l'émission

Alors que la loi martiale entre en vigueur en Ukraine, Petro Porochenko évoquait hier la « menace d’une guerre totale » avec la Russie. Les tensions sont vives après une première confrontation navale armée dimanche. Derrière l'incident, les soupçons d'agendas cachés sont-ils fondés?

Le président Petro Poroshenko en compagnie du Commandant en chef de l'aviation militaire, le Lieutenant Général Mykhailo Zabrodskyi
Le président Petro Poroshenko en compagnie du Commandant en chef de l'aviation militaire, le Lieutenant Général Mykhailo Zabrodskyi Crédits : UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS OFF / SPUTNIK - AFP
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

"Provocation" pour la Russie, "acte d'agression" pour l'Ukraine : l'arraisonnement et les tirs de la Russie sur des navires militaires ukrainiens qui s'approchaient du pont de Kertch dimanche est un pas inédit dans les tensions russo-ukrainiennes depuis 2014. Des lacunes dans le déroulé des événements (15h de manœuvres entre le petit matin et la fin de l'après-midi) laisse une certaine opacité quant aux décisions des deux parties le jour-même. Vladimir Poutine a aussitôt accusé le président Porochenko en campagne pour la présidentielle de mars 2019 d'avoir voulu opérer une manœuvre électorale ; reste que c'est la première fois que Moscou refuse aux navires ukrainiens le passage de la Mer Noire à la Mer d'Azov.

Porochenko n’est pas à l’origine du conflit qui se déroule à l’est de l’Ukraine et a souvent été accusé de ne pas avoir été assez ferme vis-à-vis de la Russie. Est-ce qu’il ne prend pas une sorte de revanche avec l’opinion publique, où il essaye de se montrer en tant que patriote défenseur de la nation ?  En Ukraine, ce genre de décision [la loi martiale] n’est pas prise par le président seul : c’est le parlement qui l’a validé, avec un certain nombre d’adversaires politiques qui ont donné leur accord, justement pour montrer que sur les questions de sécurité, il y a une unité politique…     Alexandra Goujon, maître de conférence à l'université de Bourgogne

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Du point de vue du droit, en arrêtant et jugeant les marins ukrainiens, la Russie opère aussi un coup de force. La Mer d'Azov entre la Russie et l'Ukraine est trop petite pour que les eaux territoriales ne se chevauchent pas. Jusqu'ici, un accord de libre circulation réciproque signé en 2003 s'appliquait toujours (malgré les ralentissements russes) ; il est de facto invalidé. Le procès des 25 marins dont 14 viennent d'être condamnés hier à de la prison est aussi une manière de produire un récit juridique de l'opération militaire. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Sur le plan stratégique, l'entrée en service du pont de Kertch en mai donne à Moscou le contrôle du trafic maritime sur le détroit. La rétention des navires ukrainiens au passage (et les surcoûts pour les armateurs) est devenu une arme économique ; selon Le Monde, les exportations du port de Marioupol sont passées de 15 à 6 millions de tonnes par an depuis 2014. 

Marioupol est aussi la ville la plus au Sud du Donbass en conflit, à quelques kilomètres de la ligne de front. Sans même avoir à risquer une intervention terrestre, l'interdiction de l'accès à la Mer d'Azov à la marine ukrainienne est aussi pour le Kremlin une manière de préempter la souveraineté sur la zone.

Les Russes mettent la pression sur les Ukrainiens depuis le printemps 2018 lorsque le pont a été inauguré : ils ont peur d’un éventuel sabotage de ce pont par les Ukrainiens et mettent la pression sur les bateaux militaires, mais également sur tout ce qui concerne le commerce. Il y a des inspections maintenant beaucoup plus longues sur les bateaux qui souhaitent rejoindre Marioupol, qui est un port extrêmement important pour le ravitaillement de l’Ukraine.    Alexandra Goujon, maître de conférence à l'université de Bourgogne

Une nouvelle fois, l'Ukraine a reçu le soutien formel des diplomaties occidentales. Les Etats-Unis dénonçaient à l'ONU une action "illégale", le Secrétaire Général de l'OTAN évoque "des conséquences" sans préciser, et quatre pays européens (Allemagne, Pologne, Autriche, Estonie) ont évoqué la possibilité de nouvelles sanctions à prendre lors du Conseil Européen de décembre. 

Intervenants
  • maîtresse de conférences à l’université de Bourgogne, rattachée au Centre de recherche et d’étude en droit et science politique (Credespo), spécialiste de la Biélorussie
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......