LE DIRECT
Des ouvriers brûlent une effigie représentant le président philippin Rodrigo Duterte lors d'une manifestation célébrant la fête du Travail à Manille le 1er mai 2019.

Elections aux Philippines : Duterte, la violence maîtrisée ?

10 min
À retrouver dans l'émission

D'après des résultats provisoires, les élections générales confirment la popularité de Rodrigo Duterte, président depuis 2016. Ces "Midterms" philippines lui donnent le contrôle du Sénat. Elles ouvrent la voie au retour de la peine de mort et à la poursuite d'une politique antidrogue meurtrière.

Des ouvriers brûlent une effigie représentant le président philippin Rodrigo Duterte lors d'une manifestation célébrant la fête du Travail à Manille le 1er mai 2019.
Des ouvriers brûlent une effigie représentant le président philippin Rodrigo Duterte lors d'une manifestation célébrant la fête du Travail à Manille le 1er mai 2019. Crédits : TED ALJIBE / AFP - AFP

Au sein de la république des Philippines, la peine de mort pour les crimes liés au trafic de drogue pourrait être à nouveau rétablie à cause des élections générales de mi-mandat. 62 millions de Philippins ont été appelés aux urnes le 13 mai, ces élections ressemblent à un vrai référendum pour le président Rodrigo Duterte qui espère conserver la majorité de la chambre des représentants et surtout remporter le Sénat.

Plus de 18 000 mandats nationaux et locaux sont en jeu, cela concerne plus de 200 maires et gouverneurs et 245 sièges à la chambre basse du Parlement, dont la moitié des sièges du Sénat, l'institution qui a bloqué pendant trois ans les projets les plus controversés du président Duterte, à savoir le rétablissement de la peine de mort et la réforme constitutionnelle.

Un président autoritaire mais populaire 

Elu avec beaucoup de succès en 2016, Rodrigo Duterte est connu sur la scène internationale pour sa politique meurtrière et criminelle de lutte contre le trafic de drogue et surtout pour ses propos violents et orduriers. Selon les données officielles, 5281 personnes ont été abattues par des opérations de police depuis trois ans, un chiffre beaucoup trop faible pour les organisations de défense des droits de l'Homme qui estiment que le bilan actuel aboutit à 20 000 morts.

Critiqué fortement par les pays occidentaux et accusé de crimes contre l'humanité, le président Duterte reste néanmoins très populaire au sein de son archipel. 

Ce que les gens semblent apprécier chez Duterte, c'est qu'il est un président qui dit ce qu'il va faire et qui fait ce qu'il a dit qu'il ferait. C'est un président qui prend les problèmes à bras le corps. Yves Boquet

Comme lors des précédentes élections, les Philippins ont dû subir des violences électorales, au moins 20 personnes ont été tuées durant la campagne. Selon l'AFP, neuf personnes ont été blessées le jour du scrutin dans une fusillade près d'un bureau de vote de l'île de Jolo, bastion de combattants islamistes et de puissants clans locaux. 

Écouter
31 sec
Ecoutez l'analyse d'Yves Boquet sur la relation du président Duterte avec la Chine, loin d'être approuvée par les Philippins

Bibliographie

Intervenants
  • géographe, professeur à l'Université de Bourgogne.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......