LE DIRECT
Le satellite algérien Alcomsat-1 a été lancé depuis la base chinoise Xichang Satellite Launch Center, située dans la province du Sichuan

De l’Angola à l’Algérie, la nouvelle guerre des étoiles sera-t-elle africaine ?

11 min
À retrouver dans l'émission

C'est mardi prochain le 26 décembre que l'Angola lancera son 1er satellite Angosat-1. Il entrera dans le club encore très fermé des Etats africains en orbite. Fermé, jusqu’à il y a peu car c’est le 4ème lancement pour un satellite du continent cette année.

Le satellite algérien Alcomsat-1 a été lancé depuis la base chinoise Xichang Satellite Launch Center, située dans la province du Sichuan
Le satellite algérien Alcomsat-1 a été lancé depuis la base chinoise Xichang Satellite Launch Center, située dans la province du Sichuan Crédits : JUZHENHUA / XINHUA - AFP

Ce  lancement réussi vient conclure une année 2017 intense pour l’activité  spatiale africaine. Avant l’Angola, le Ghana accédait à l’espace en  juillet avec le microsatellite GhanaSat-1 – et en novembre, un satellite Mohammed VI-A  était mis en orbite par le Maroc : un satellite d’observation d’une tonne, une première pour le pays. Ils viennent rejoindre dans le « Club » l’Afrique du Sud et le Nigeria.

Depuis 2011 l’Union Africaine a voulu accélérer le mouvement, elle prévoyait une Agence Spatiale Africaine. Mais jusqu’ici une petite dizaine de pays (sur 54) se démarque, par une certaine capacité financière et technique, de bonnes coopérations, et un appétit certain pour les satellites – voire plus : le Nigeria pétrolier, tout particulièrement, qui a renouvelé son programme spatial en 2006 et prévoit depuis 2014 d’envoyer un jour un nigérian dans l’espace. 

Parallèlement aux aspects techniques, en se projetant dans l’espace, certains pays comme le Gabon ou le Maroc redéfinissent leur influence sur Terre, dans le monde ou leur espace régional.    

Mais passer de l’accès à l’espace à puissance spatiale à part entière reste une autre affaire. Quel pays africain en serait potentiellement capable ? Et le peut-il seul, ou avec une Agence Spatiale Africaine ?

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

La Chaîne Algérie retransmets les images de la CCTV .et détaille les nombreuses missions qui sont confiés à son satellite Alcomsat-1 pour couvrir son territoire immense:

Le Maroc se dote de son premier satellite espion, mis en orbite depuis la Guyane française, résultat d'un accord secret signé par François Hollande. Il permet au pays de devenir la seule puissance magrhebine à disposer d'un tel outil de reconnaissance militaire. Mais pour surveiller qui, au fait ?

Le Nigeria se positionne en tant que première puissance spatiale africaine. La société Nigcomsat est déjà en mesure de concurrencer des compagnies européennes et américaines lors d'appels d'offres pour le lancement de satellites:

L'Angola, lui aussi, est dans la courses et espère bien se positionner en concurrent du Nigeria. L'émission Angola Magazine détaille les extraordinaires progrès déjà réalisés:

Intervenants
  • chef de projet chez Safran, auteur de « L’Agence spatiale africaine, vecteur de développement », membre de l'African Aeronautics & Space Organisation (http://aero-aaso.com/)
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......